Les chroniques de l'univers Marvel

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Bruce Banner » 02 Jan 2018, 11:18

Chronique n°118- Tales to astonish 52
Image
Date: Février 1964
Auteurs: Stan Lee, Larry Lieber et Dick Ayers
Titre: "The Black Knight Strikes!"


Résumé

Nathan Garrett est un scientifique réputé. Malheureusement pour lui, il vend aussi régulièrement des secrets à des espions communistes, ce qui lui vaut d'être arrêté par Giant-man et expédié au tribunal. Sa caution est fixée à 1 millions de dollar, mais Garrett sait que ses contacts la paieront: les communistes ne prendront pas le risque de le voir parler au cours d'un procès. Seulement, il sait aussi que ces derniers risquent de vouloir le retrouver afin de l'éliminer.
Sitôt libre, le scientifique quitte rapidement les Etats-Unis et part incognito dans un petit pays des Balkans, là où il est certain que personne ne pourra le suivre.
Sur place, Garrett est intrigué par une statue de cheval ailé et il en vient à se demander si la génétique pourrait permettre à de telles créatures d'exister. Au cours des mois suivant, le scientifique mène de discrètes expériences.
Peu de temps après, aux Etats-Unis, la Guêpe est témoin d'une scène extraordinaire: un chevalier noir, montant un cheval ailé s'attaque à un fourgon blindé grâce à une sorte de lance capable de percer l'acier.
Giant-man retrouve très vite la piste du Chevalier, qui tente alors de s'attaquer à un hélicoptère, et le combat s'engage. Pym comprend très vite que son adversaire n'est autre que Nathan Garrett, l'homme qu'il avait arrêté. Le combat est tout d'abord inégal, mais Giant-man parvient finalement à s'emparer de la lance du chevalier. Toutefois, le criminel n'est pas prêt à se rendre et le combat continue dans une fête foraine, où, finalement vaincu, le chevalier parvient à s'enfuir avec sa monture, en jurant de revenir se venger.

Notes

Dans la précédente chronique, j'ai très rapidement évoqué le fait que, quelques années avant "Fantastic four 1", Marvel- où Atlas à l'époque- avait créé le personnage de "Griffe jaune", dont le Mandarin est, en quelque sorte, un descendant au niveau éditorial. Je n'ai pas développé le propos mais il est intéressant de constater que ce même mois, Marvel introduit un super vilain dont les origines se trouvent également à l'époque Atlas.
En effet, en 1955, Stan Lee et Joe Maneely avait créé le personnage de "Black Knight", dont le nom est évidemment inspiré de la figure Médiévale. Si la série originelle avait duré peu de temps, l'idée n'a pas du quitter entièrement l'esprit de Stan Lee qui a donc transposé le personnage en une version moderne de super vilain. Il y a fort à parier que le scénariste n'a jamais vu plus loin mais là où l'idée devient intéressante, c'est que ses successeurs relieront le chevalier noir originel à Garrett en en faisant l'un et l'autre un ancêtre et son descendant. Et surtout, cette idée de succession sera poussée plus loin avec l'arrivée de Dan Withman, le neveu de garrett et le plus célèbre des trois.
Bref, voila donc un épisode d'Ant-man qui vaut pour l'apparition d'un super vilain assez original mais qui curieusement ne refera jamais surface dans la série et réapparaitra uniquement dans "The Avengers" en tant que membre des Maîtres du mal. Ajouté au fait qu'il mourra assez rapidement, dans "Tales of suspense 74", j'ai du mal à percevoir ce que Marvel souhaitait en faire, tantôt en faire un ennemi de premier plan des Avengers, tantôt s'en débarrasser. Quoi qu'il en soit, ce personnage ouvre une nouvelle porte dans la continuité Marvel puisqu'il permettra de relier pour la première fois un personnage de l'ère Atlas à l'Univers Marvel, tout comme Namor avait permis d'intégrer la période Timely.
Somme toute, le grand perdant de l'épisode, c'est...Giant-man. Ni lui, ni la Guêpe ne sont développés en aucune façon que ce soit et la trame de l'épisode, en dehors du premier acte et des origines du chevalier, se limite à un long combat du héros contre son adversaire. Dommage mais révélateur de l'état général de la série depuis un petit moment.
En bref, voilà donc un épisode qui vaut pour l'introduction du Chevalier noir, un super vilain qui connaitra une courte carrière mais qui n'est pas dénué d'intérêt et dont les origines et l'héritage ne sont pas à négliger.

Prochainement: Journey into Mystery 101...Où Zarrko, l'Homme de demain, revient se venger de Thor! Nuff'Said!
Dernière édition par Bruce Banner le 08 Avr 2018, 19:15, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Bruce Banner
Sauveur de l'Univers
 
Messages: 824
Inscrit le: 23 Avr 2015, 17:08
Localisation: Base Gamma

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Mister B » 12 Mars 2018, 16:35

Les chroniques de notre bon Bruce se font bien rare, ces derniers temps ! :( Espérons qu'il ne soit pas contraint par des obligations trop enquiquinantes ! :wink:
Image
Avatar de l’utilisateur
Mister B
Modo-Man
 
Messages: 21241
Inscrit le: 10 Sep 2009, 18:59
Localisation: Noisy-le-Grand

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar tino » 12 Mars 2018, 21:36

Ah oui c'est vrai tiens, ou est Bruce, ca fait un moment deja :shock:
Avatar de l’utilisateur
tino
Sauveur de l'Univers
 
Messages: 877
Inscrit le: 03 Août 2016, 16:00

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Bruce Banner » 14 Mars 2018, 16:47

Mister B a écrit:Les chroniques de notre bon Bruce se font bien rare, ces derniers temps ! :( Espérons qu'il ne soit pas contraint par des obligations trop enquiquinantes ! :wink:


Je suis toujours présent.

Je n'abandonne absolument pas l'idée de continuer ces chroniques, mais comme tu l'as suggéré, je manque un peu de temps en ce moment. Je ne sais donc absolument pas quand je m'y remettrais, mais en tout cas, je n'ai rien abandonné.
Avatar de l’utilisateur
Bruce Banner
Sauveur de l'Univers
 
Messages: 824
Inscrit le: 23 Avr 2015, 17:08
Localisation: Base Gamma

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar fred le mallrat » 14 Mars 2018, 16:48

On sera là quand tu reviendras! Prend ton temps!
Avatar de l’utilisateur
fred le mallrat
Modo-Man
 
Messages: 19485
Inscrit le: 17 Oct 2005, 09:34
Localisation: Bordeaux

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Bruce Banner » 18 Mars 2018, 16:40

Coucou me revoilou...


Nouvelles petites chroniques en ce dimanche de mars. Nous en étions resté au mois de Février 1964 où il nous reste une dernière chronique, celle de Journey into mystery 101. C'est parti!

Chronique n°119- Journey into mystery 101
Image
Date: Février 1964
Auteurs: Thor: Stan Lee et Jack Kirby/ Tales of Asgard: Stan Lee et Jack Kirby
Titre: "The Return of Zarrko, the Tomorrow Man!"/"The Invasion of Asgard!"


Résumé

* Ce comics contient un épisode de Thor et un épisode de Tales of Asgard.

- Thor: Thor est furieux que son père ait refusé l'immortalité à Jane Foster. Sa colère est telle que, alors qu'il arpente les rues de New York, il manque de s'en prendre aux passants. Les Avengers- Giant-man et Iron man notamment- tentent d'intervenir mais face à la fureur du dieu du tonnerre jugent bon de rester en retrait.
Au même moment, Odin et Loki observent Thor depuis Asgard. Loki intrigue pour rappeler à Odin que son fils continue d'aimer une mortelle malgré l'interdiction et Odin, contrarié décide de punir Thor: il le prive de la moitié de ses pouvoirs et le banni d'Asgard tant qu'il n'aura pas oublié son amour. Thor ne l'entend pas de cette oreille, mais Heimdall, fidèle à son roi, l'empêche d'entrer au royaume d'Asgard.
Loki, ravi, comprend qu'il tient une opportunité de détruire Thor. Grâce à ses pouvoirs, il se rend dans le futur et rend la mémoire à Zarrko, l'homme qui avait volé une bombe atomique pour prendre le pouvoir à son époque. Zarrko décide de se venger du dieu du tonnerre. Il se rend à nouveau au XXème siècle où Thor décide de l'affronter. Mais privé de la moitié de ses pouvoirs, il ne peut rien et est vaincu. Zarrko lui lance un ultimatum: où il l'accompagne au XXIIIème siècle et obéit à ses ordres, où la Terre sera détruite. Thor ne peut se résoudre à voir la planète détruite et il accepte d'accompagner son ravisseur.
Sur Asgard, Odin enrage de voir son fils s'être soumis à un mortel, tandis que Loki exulte de joie.

- Tales of Asgard: Il y a fort longtemps, alors que Thor était enfant, les forces du mal s'apprêtent à attaquer Asgard. Heimdall refuse que le jeune dieu se batte, il est encore trop jeune. Mais Loki ruse et amène Thor devant une entrée non gardée, lui expliquant qu'il doit la défendre au cas où. Seulement, Loki a attiré le gros de l'armée ennemie ici et compte sur elle pour qu'elle tue son frère. Thor se bat comme un lion mais manque d'être vaincu. Toutefois, attiré par le bruit, l'armée d'Odin vient à son secours et l'ennemi est vaincu. Thor se lamente d'avoir été vaincu, mais Odin lui fait comprendre que c'est sa résistance acharnée qui à permis à l'armée d'avoir le temps d'arriver. Et alors que le jeune dieu tente de soulever Mjolnir, celui-ci commence à être porté de plus en plus haut.

Notes

Nouvelle chronique qui clos le mois de Février 1964 avec un épisode de Thor en deux parties, dont la suite et fin marqueront la première chronique du mois de Mars
Pour l'heure, malheureusement, ce n'est pas l'épisode de Thor où il y a le plus à dire, d'autant que la séparation en deux parties fait qu'au final, il se passe relativement peu de choses dans cet épisode. Toutefois, on constate deux choses essentielles: d'une, la série continue sur sa lancée entre l'amour impossible de Thor et Jane et les relations entre Odin et son fils à propos de cette dernière. Cette espèce de fond scénaristique va courir pendant quelques temps et de façon générale, l'année 1964 va marquer le passage à la vitesse supérieure pour un personnage dont la reprise en main est somme toute assez récente par rapport à sa création. Seul point d'ombre, le manque, encore et toujours, d'ennemis mémorable. Ainsi, si Zarrko fait ici un retour assez inattendu- on ne l'avait pas revu depuis sa première apparition-, il traduit un peu un manque d'inspiration de la part de Stan Lee qui ne sait pas encore quel adversaire opposer à Thor. De ce point de vue, l'année 1964 sera un peu en dent de scie, entre l'apparition de personnages comme l'enchanteresse où l'exécuteur, et d'autres comme la Gargouille grise qui semblent un peu terne pour le dieu du tonnerre. Reste quand même que, de façon générale, Thor affronte des menaces relativement plus sérieuses qu'a ses débuts et que la série est en bonne voie. Le deuxième élement important est l'arrivée de Jack Kirby comme dessinateur de la série principale. Si le King s'occupait déjà des Tales of asgard, c'est Don Heck qui s'occupait jusqu'alors des épisodes principaux. L'arrivée de Kirby marque une étape essentielle, entre des dessins qui gagnent grandement en qualité et surtout des scénarii qui, à partir de 1965-1966, vont commencer à être marqués de son empreinte.
Bref, Thor est décidemment en de bonnes mains et si le dieu du tonnerre n'a pas encore montré tout son potentiel, il laissé déjà entrevoir bien plus que lors de sa première apparition.

Prochainement: Journey into Mystery 102...où Thor est l'esclave de Zarrko, l'Homme du futur! Nuff'Said!
Dernière édition par Bruce Banner le 08 Avr 2018, 19:15, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Bruce Banner
Sauveur de l'Univers
 
Messages: 824
Inscrit le: 23 Avr 2015, 17:08
Localisation: Base Gamma

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Mister B » 18 Mars 2018, 19:23

Zarrko l'homme du futur : il s'agit du troisième retour sur le devant de la scène politique de Nicolas Sarkozy ? :mrgreen:

C'est un plaisir de te lire à nouveau. :wink:
Image
Avatar de l’utilisateur
Mister B
Modo-Man
 
Messages: 21241
Inscrit le: 10 Sep 2009, 18:59
Localisation: Noisy-le-Grand

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Bruce Banner » 18 Mars 2018, 20:09

Chronique n°120- Journey into mystery 102
Image
Date: Mars 1964
Auteurs: Thor: Stan Lee et Jack Kirby/ Tales of Asgard: Stan Lee et Jack Kirby
Titre: "Slave of Zarrko, the Tomorrow Man!"/"Death come to Thor!"


Résumé

* Ce comics contient un épisode de Thor et un épisode de Tales of Asgard.

- Thor: Le dieu du tonnerre est esclave de Zarrko qui l'oblige à semer la terreur afin d'obliger la population à se soumettre à son pouvoir. Ne pouvant résister, celle-ci se voit contraint de révéler à Zarrko où se trouve la machine maitresse qui, au XXIIIème siècle, permet aux dirigeants du monde de prendre des décisions, et qui, dans le cas présent, lui permettra de contrôler et d'asservir toute la race Humaine s'il parvient à la reprogrammer.
Thor réussit à amener Zarrko devant la machine, malgré les systèmes de défense, et le criminel s'estime satisfait. Il a atteint son but. Cependant, Thor estime lui aussi avoir rempli son serment: aider Zarrko à prendre le pouvoir. N'étant plus tenu de lui obéir, le dieu du tonnerre affronte son adversaire qui est finalement vaincu. Thor rentre au XXème siècle, après avoir été remercié par les hommes du futur. Ceux-ci, connaissant ses exploits passés, lui ont fait confiance et savaient qu'il viendrait un moment où il pourrait les aider. Sur Asgard, Odin est ravi de voir son fils s'être battu sans avoir renié un serment, tandis que Loki jure qu'il finira par avoir son demi-frère.

- Tales of Asgard: Thor va voir les trois Nornes, afin de leur demander quand est-ce qu'il pourra enfin brandir le marteau Mjolnir. Celle-ci lui répondent qu'il y arrivera mais qu'il doit d'abord rencontrer la mort. De retour à Asgard, le dieu du tonnerre tombe sur Balder le brave, blessé et qui lui apprend que les géants ont kidnappés Sif. Déterminé à la libérer, Thor soulève enfin Mjolnir et se lance à l'assaut de ses ennemis. Il apprend rapidement que Sif est détenue par Héla, déesse de la mort. Mais alors que Thor est prêt à donner sa vie pour libérer la jeune Sif, Héla est impressionnée et décide de les libérer tout deux. Les dieux regagnent alors Asgard.

Notes

Suite et fin de l'histoire avec Zarrko. Je passerais assez vite sur l'épisode principal, celui-ci n'étant somme toute que la conclusion d'une histoire et je n'aurais rien de plus à ajouter par rapport à la chronique précédente. Je m'arrêterais en revanche sur l'épisode de "Tales of asgard" qui ici, revêt un caractère historique. Outre le fait qu'on apprend de quelle manière Thor est parvenu à soulever Mjolnir pour la première fois, ce qui en soit est plutôt sympathique, nous assistons également aux premières apparitions de Balder, Sif, et Héla la déesse de la mort. Sans compter les Nornes. Bref, c'est tout un pan de la mythologie Nordique qui rejoint le petit monde Marvel et qui me fait penser que les auteurs- Où Kirby à tout le moins- ont fait des recherches pour la mise en pages de leurs épisodes. Tout ces personnages apparaîtront très vite dans la série mère et Sif, lors de sa répparition dans "The Mighty Thor 136" remplacera d'ailleurs Jane Foster en tant qu'amour de Thor. On remarquera d'ailleurs que sous l'influence de Jack Kirby, elle deviendra progressivement une guerrière à la mesure de Thor, tandis qu'ici, elle n'est encore qu'une simple figurante jouant le rôle de la belle demoiselle en détresse. On notera également qu'elle est présenté comme la soeur de Balder, élément qui ne sera pas repris par la suite.
Bref, si "Journey into mystery 102" n'est pas forcément un épisode qui reste dans les annales, la faute à un épisode somme toute assez oubliable, il ouvre toutefois des possibilités scénaristiques grâce à l'apparition de nouveaux personnages et surtout, il démontre une fois encore la grande réussite que sont ces "Tales of asgard", qui à eux seuls valent le détour et permettent de faire oublier les laborieux début du dieu du tonnerre en 1962.

Prochainement: The amazing spider-man 10...où Spider-man fait la connaissance des Exécuteurs! Nuff'Said!
Dernière édition par Bruce Banner le 08 Avr 2018, 19:16, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Bruce Banner
Sauveur de l'Univers
 
Messages: 824
Inscrit le: 23 Avr 2015, 17:08
Localisation: Base Gamma

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Mister B » 18 Mars 2018, 21:01

Punaise, nous aurons toujours Nicolas Sarkozy au XXIIIe siècle ! :mrgreen:
Image
Avatar de l’utilisateur
Mister B
Modo-Man
 
Messages: 21241
Inscrit le: 10 Sep 2009, 18:59
Localisation: Noisy-le-Grand

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Bruce Banner » 19 Mars 2018, 18:21

Chronique n°121- The amazing Spider-man 10
Image
Date: Mars 1964
Auteurs: Stan Lee et Steve Ditko
Titre: "The Enforcers!"


Résumé

Un nouveau criminel fait parler de lui en ville. Masqué et connu seulement sous le nom du "Grand Homme", il parvient à prendre le contrôle de la pègre de New York grâce à l'aide des Exécuteurs: Fancy Dan, un expert en judo, Ox, un véritable colosse, et Montana qui manie le lasso comme personne. Trois individus aux ordres du Grand Homme et qui, ensemble, semblent redoutables.
Au même moment, Peter Parker est au chevet de sa tante, malade. Le médecin lui apprend que la vieille femme a besoin d'une transfusion de sang. Peter est compatible mais il redoute les effets que pourraient avoir son sang radioactif. Toutefois, la volonté de sauver sa tante est la plus forte et Peter se résoud à donner son sang. Tante May commence à se rétablir et elle part quelques jours plus tard se reposer en Floride, avec un couple de voisins.
Pendant ce temps, le grand homme fait régner la terreur et multiplie les actions criminelles. J.Jonah Jameson en vient à soupçonner que Spider-man et le grand Homme sont une seule et même personne. Il charge Foswell, l'un de ses journalistes d'écrire un article à ce sujet.
Au même moment, Betty Brant, qui sort des locaux du Daily Bugle, est prise à parti par les Exécuteurs qui veulent l'obliger à rembourser une dette qu'elle a contracté envers le grand Homme. Peter, qui arrive à ce moment là, tente de s'interposer mais sous son identité civile, il ne peut rien faire au risque de se révéler et Betty se plie aux exigences des trois hommes. Le jeune homme est toutefois surpris et intrigué par le fait que les criminels semblent connaitre Betty. Cette dernière préfère ne rien lui dire pour ne pas l'impliquer, et Peter, qui se méprend sur ses intentions, en vient à penser qu'elle ne lui fait pas confiance et qu'elle ne l'aime pas.
Peter décide de se changer les idées et, revêtant le costume de Spider-man, il part à la recherche des Exécuteurs. Le combat qui s'ensuit ne permet toutefois pas à Spider-man de vaincre ses adversaires.
Peter à alors une idée: en tant que Peter Parker, il fait croire à tout le monde qu'il sait qui est le grand homme afin de se faire capturer et de pouvoir rencontrer son ennemi face à face. Le plan marche et, alors que ses ennemis l'ont enfermé, il revêt à nouveau le costume de Spider-man. Un combat s'engage entre la pègre et l'araignée qui sort vainqueur. Seul le grand homme parvient à s'enfuir. Mais Spider-man, qui soupçonne Jameson depuis un moment, se rend aux locaux du Daiy Bugle. Il a toutefois une surprise: Jameson est innocent, et la police vient arrêter Foswell, le journaliste à qui Jameson avait demandé de rédiger un article. Des preuves ont été trouvé contre lui et ce dernier finit par avouer. Jameson se sens ridiculisé d'avoir soupçonné Spider-man et, alors qu'il est seul, il se rend compte qu'il hait celui-ci car il jalouse son courage et sa dévotion envers autrui.
De son côté, Peter n'a plus de nouvelles de Betty et s'inquiète de plus en plus à propos d'elle.

Notes

Nouvel épisode pour notre ami l'araignée. Pas forcément le plus palpitant, ni le plus réussi de l'ère Lee-Ditko, mais il a au moins le mérite de nous présenter quelques nouveaux personnages, en plus de semer de nouvelles trames scénaristiques.
En premier lieu, donc, nous voyons apparaitre les Exécuteurs ("The Enforcers" en VO), un groupe assez secondaire à l'échelle de l'Univers Marvel, mais qu'on reverra toutefois ici et là. Ce groupe en lui-même me fait beaucoup penser au Terrible trio, apparu dans les pages de "Fantastic four" un mois auparavant et il est très clairement inspiré du même concept. Rien de très original donc, même si les trois personnages restent assez réussis dans leur genre. De son côté, le grand Homme- alias Foswell- est un personnage très paradoxal. Son potentiel en tant que maître absolu de la Pègre de New York pourrait en fait un grand adversaire de Spider-man, sans compter le mystère qui semble établi au début de l'épisode quand à son identité. Pourtant, Lee et Ditko s'en débarrasse dès la fin de l'épisode. Foswell reviendra mais uniquement après avoir fait sa rédemption et être redevenu honnête. Etrange décision. Est-ce à dire que les auteurs n'ont pas vu le potentiel du personnage? Où celui-ci n'avait-il été conçu dès le départ que pour durer le temps d'un seul épisode. Quoi qu'il en soit, on verra que certains éléments seront repris: ainsi, l'idée d'un vilain à l'identité indéfinie sera le marqueur du Bouffon vert pendant une longue période, tandis que l'idée d'un maitre de la pègre sera repris avec le Caïd qui apparaitra quelques années plus tard dans la même série.
Au delà des personnages, l'épisode du jour continue sur la lancée des précédents et la relation Betty-Peter prend une nouvelle tournure, les auteurs semblant vouloir explorer l'entourage où le passé de la jeune femme. Quand à Jameson, on en apprend un peu sur sa personnalité et la raison de sa haine. Un bon point de ce côté la, la série prenant le temps de développer le caractère des personnages au fur et à mesure des épisodes.
En bref, voila un épisode de Spider-man qui, sans être au plus haut du run Lee-Ditko, reste tout à fait honnête et dans la lignée de ce qui a déjà été fait.

Prochainement: The avengers 4...où Captain america fait son grand retour dans l'Univers Marvel! Nuff'said!
Dernière édition par Bruce Banner le 08 Avr 2018, 19:16, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Bruce Banner
Sauveur de l'Univers
 
Messages: 824
Inscrit le: 23 Avr 2015, 17:08
Localisation: Base Gamma

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Bruce Banner » 20 Mars 2018, 18:40

Chronique n°122- The Avengers 4
Image
Date: Mars 1964
Auteurs: Stan Lee et Jack Kirby
Titre: "Captain America joins...the Avengers!"


Résumé

Après sa défaite contre les Avengers, Namor parcours les mers seuls, désespérant de retrouver un jour son peuple. Alors qu'il arrive au large des mers arctiques, il remarque un groupe d'Inuits qui vénère un être pétrifié dans un bloc de glace. Aigri et en colère, Namor les disperse et envoie balader le bloc de glace dans la mer. Celui-ci dérive lentement et, en pénétrant dans les mers plus chaudes, se met lentement à fondre, libérant son hôte.
Au même moment, alors que les Avengers croisent dans les environs grâce à leur sous-marin, ils remarquent le corps décongelé, flottant sous l'eau. Giant-man le ramène à l'intérieur et l'équipe doit se rendre à l'évidence: il s'agit de Captain america, toujours vivant et qui ne tarde pas à se réveiller. Intrigués par le fait qu'il n'ai pas vieilli, les membres de l'équipe interrogent le Captain qui se remémore ses derniers souvenirs: alors que lui et Bucky, son compagnon d'armes, devaient empêcher une bombe de décoller, celle-ci a explosé en plein vol, tuant Bucky et plongeant Captain america dans les fonds glacés de la mer du nord, où son corps est resté en animation suspendu pendant des années.
Plus tard, alors que les Avengers accostent à New York, ils sont soudainement pétrifiés. Seul y échappe Captain américa, désormais seul et un peu déboussolé dans une ville qui a bien changé. Il est, sans le savoir, suivi par Rick Jones, qui a appris que les super héros ont disparu et compte bien savoir ce qui leur est arrivé. Captain america, qui pendant quelques secondes, croit avoir à faire à Bucky, accepte de l'aider.
Les deux hommes finissent par découvrir qu'un homme étrange se trouvait dans la foule, au moment où le groupe a été pétrifié. Après quelques recherches, Captain america finit par trouver où se cache l'homme. Après avoir éliminé quelques complices armés, il a la surprise de découvrir que sa cible est en réalité un extraterrestre déguisé. Piégé sur Terre depuis des siècles, il possède une arme capable de pétrifier et, bien que n'ayant aucune mauvaise volonté, il a dû souvent s'en servir pour se défendre contre des Humains qui le prenaient pour un monstre, ce qui a conduit à la légende de Méduse. Toutefois, l'extraterrestre a reçu récemment la visite de Namor, qui a promis son aide pour réparer le vaisseau en échange de l'élimination des Avengers.
Captain america promet que les Avengers répareront son vaisseau si l'alien les ramène à la vie. L'extraterrestre accepte et Namor, qui a tout observé de loin, est près à s'avouer vaincu. Toutefois, à ce moment précis, il croise des membres de la garde atlante et obtient leur renfort pour affronter les Avengers.
Alors que le groupe s'emploie à réparer le vaisseau, ils sont soudainement attaqués par les forces de Namor et un combat s'engage. Toutefois, alors que l'extraterrestre fait décoller son vaisseau, le prince des mers se méprend et croit à un tremblement de terre. Croyant à la mort de ses adversaires, il s'enfuit avec ses troupes, tandis que les Avengers décident d'intégrer officiellement Captain america au groupe.

.............................

Avant de commenter cet épisode, je vais revenir sur le personnage de Captain america.

Captain america a été créé en 1941, par Joe Simon et Jack Kirby. Apparu pour la première fois dans son propre magazine, "Captain america comics 1" daté de Mars 1941, il obtient très vite un grand succès, devenant la vedette principale de l'éditeur Timely comics, devant la Torche et Namor. Le premier numéro introduit également les personnages de Bucky, qui devient le coéquipier du héros, et Crâne rouge, son principal ennemi.
Super héros patriotique, Captain america, alias Steve Rogers, affronte divers ennemis Nazis et Japonais tout au long de la seconde guerre mondiale, gagnant en popularité, jusqu'à intégrer le groupe- éphémère- des All Winners. Toutefois, la fin du conflit marque une première rupture. Les super héros sont moins à la mode et Captain america n'échappe pas à la règle. Malgré quelques changements scénaristiques- Steve Rogers quitte l'armée, devient enseignant, etc...- La série s'arrête au 75ème épisode, après avoir été renommé "Captain america Weird tales" un numéro auparavant. Signe des temps, le super héros n'est même pas présent dans le dernier épisode, remplacé par divers récits d'horreur.
Captain america connait toutefois une première renaissance en 1953. Dans "Young men 24", l'éditeur, devenu Atlas comics, tente de relancer ses super héros de l'âge d'or. En Mai 1954, la série "Captain america comics" reprend au numéro 76, non sans avoir été sous-titré "Commie Smasher". En effet, guerre froide oblige, captain america affronte diverses menaces communistes. Le succès est de toute façon éphémère et seul trois nouveaux numéros de Captain america sont publiés, avant que le personnage ne tombe à nouveau dans l'oubli.
Toutefois, le succès de Marvel- nouveau nom d'Atlas- à partir de 1961 change la donne. Stan Lee peut songer à le faire revenir, et après un coup d'essai dans "Strange Tales 114", c'est chose faite avec "The Avengers 4".

Notes

Voila un épisode Historique s'il en est. Plus encore que le premier numéro, l'apparition de Captain america marque en quelque sorte la véritable naissance des Avengers en tant que groupe.
Captain america étant l'une des grandes vedettes de l'âge d'or, il était prévisible que le succès de Marvel comics le propulserait à nouveau sur le devant de la scène, à l'instar de Namor deux ans plus tôt. Pourtant, comme Xavier Fournier l'a expliqué dans sa chronique "oldies but goodies" consacré à "'The avengers 4" (en date du 29 août 2017), le propriétaire de Marvel comics, Martin Goodman, ne voulait pas en entendre parler, estimant le personnage trop lié à la seconde guerre mondiale. Ceci explique pourquoi Stan Lee a d'abord tenté un essai avec un "faux captain" dans "Strange Tales 114", afin de tester la réaction du public. Celle-ci a surement dû être positive, même si, prudence oblige, Lee et Kirby préfèrent le faire revenir officiellement dans une série déjà établie plutôt que relancer "Captain america comics".
A y regarder de plus près, le retour de Captain america n'est pas tout à fait semblable à celui de Namor. Dans le cas du prince des mers, Lee et Kirby se sont contentés d'en reprendre les grandes lignes-à savoir un prince atlante, fier et colérique, plus où moins ennemi des Humains-. La seule différence étant que Namor nous est présenté depuis "Fantastic four" comme le roi légitime d'Atlantis, ce qu'il n'était pas forcément dans les années 40. Et plus tard, nous apprendrons dans X-men que c'est un Mutant. Mais ce ne sont que des changements à la marge, qui n'enlèvent rien à son Historique.
Dans le cas de Captain america, Lee et Kirby comprennent que pour ramener le personnage, il faut le ramener à ses sources...tout en le transformant. Je m'explique. Captain america est né dans le contexte de la seconde guerre mondiale et son image est lié à celle du conflit. C'est ce que craignait Martin Goodman, c'est ce qu'à compris Stan Lee. Ce dernier- avec Kirby peut-être- a donc délibérément mis de côté tout ce qui avait été publié depuis 1945. Exit donc le captain enseignant, exit le Captain anti-communiste, seul restent valides les épisodes de 1941-1945 puisqu'on apprend que le héros est prisonnier des glaces depuis la fin de la guerre. D'ailleurs, Lee ne s'embête pas à expliquer le paradoxe de la présence de Steve Rogers entre 1946 et 1954, et il faudra attendre des années, et l'arrivée de Roy Thomas pour qu'il soit répondu à ces questions. Mais c'est une autre histoire.
D'un autre côté, Lee et Kirby, bien qu'ayant ramené le personnage à ses origines, comprennent qu'il faut aussi le faire évoluer. En premier lieu, c'est Bucky qui est supprimé. Créé en 1941 comme faire-valoir du héros, sans doute pour surfer sur le succès de Robin avec Batman, le personnage n'a sans doute plus sa place dans un univers Marvel où les adolescents sont des héros, comme spider-man, et pas des faire valoir. Et deuxièmement, Steve Rogers n'est plus un patriote zélé, c'est un homme bon, profondément attaché à des valeurs nobles et qui doit désormais s'adapter à un monde moderne qu'il ne connait pas. Cela va d'ailleurs constituer une bonne part des premiers récits de "Tales of suspense" consacré au personnage, Stan Lee ayant un peu de mal au début à s'extirper de ce schéma (on verra aussi qu'il aura du mal, au départ, à sortir définitivement le personnage de la seconde guerre mondiale, beaucoup de récits étant repris directement de "Captain america comics". Mais c'est une autre histoire).
Voila donc Captain america de retour. Comme Hulk, le personnage est dans l'attente d'une augmentation de sa popularité chez le lectorat. Pari gagnant puisqu'en seulement 7 mois, la légende vivante gagnera une nouvelle série dans les pages de "Tales of suspense". Captain america va aussi, au fur à et mesure, marquer la série "The avengers" de son empreinte et donner une véritable direction à celle-ci. Voila donc un épisode qui n'augure que du bon pour la suite.
Pour le reste, j'ai peu de choses à ajouter. captain america est clairement la vedette ici et les Avengers sont en retrait. Reste que l'épisode vaut le détour, ne serait-ce que par son importance Historique. Que du bon!

Prochainement: The Fantastic four 24...où les Fantastiques rencontrent l'Enfant terrible! Nuff'Said!
Dernière édition par Bruce Banner le 08 Avr 2018, 19:17, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Bruce Banner
Sauveur de l'Univers
 
Messages: 824
Inscrit le: 23 Avr 2015, 17:08
Localisation: Base Gamma

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Bruce Banner » 26 Mars 2018, 17:22

Chronique n°123- The Fantastic four 24
Image
Date: Mars 1964
Auteurs: Stan Lee et Jack Kirby
Titre: "The Infant Terrible!"


Résumé

Les quatre Fantastiques sont à leur QG, en train de participer à une séance photo avec divers reporters et photographes, lorsqu'une nouvelle parvient: des événements étranges se déroulent à Times Square.
Le quatuor embarque précipitamment dans le Fantasticar, et ne tarde pas à se rendre compte par lui-même de l'étrangeté de l'affaire. Tout d'abord, l'équipe est prise au piège dans une bouteille géante. Sitôt libéré, ils apercoivent une toupie géante qui fonce droit sur la foule. A peine la menace maitrisé, ce sont des robots qui se mettent à se multiplier dès qu'on les touche.
Face au chaos et au non sens total de tout ça, Reed a l'intuition qu'il s'agit d'apparitions commandés par quelqu'un. Sue repère alors un étrange extraterrestre qui transforme des lampadaires en fleurs et fait apparaitre du coca cola, sans prêter attention à la foule. Face à l'impossibilité de communiquer avec lui, et alors que l'extraterrestre réagi de façon étrange lorsque Sue tente de le raisonner, Reed comprend qu'ils ont affaire à un enfant.
Bien que n'étant pas dangereux de façon consciente, les autorités tentent de mettre la main sur l'extraterrestre afin d'éviter tout incident grave lié à ses pouvoirs. La nouvelle intéresse Big Joe, un gangster qui compte bien se servir des étranges pouvoirs de l'alien pour commettre des crimes. L'extraterrestre se laisse prendre grâce à des friandises, mais, ne comprenant pas le but recherché par les criminels, il s'amuse à transformer l'argent des vols en cochons où à le faire s'envoler. Big Joe commence à se montrer menaçant, mais les Fantastiques interviennent à temps et mettent hors d'état de nuire les mafieux.
L'extraterrestre refuse toutefois de se laisser approcher et, piquant une colère d'enfant, se met à semer le chaos. Heureusement, Reed est parvenu à contacter ses parents et un gigantesque vaisseau se pose à New York. Les parents extraterrestres, soulagés de retrouver leur enfant, s'en retournent ensuite dans les étoiles, sous le regard des Fantastiques.

Notes

Retour chez les quatre Fantastiques pour un nouvel épisode, dont j'aurais hélas, assez peu de choses à dire. On retrouve ici ce qui fait grosso modo l'une des caractéristiques de l'année 1964, à savoir de nouveaux adversaires peu inspirés. Le reste de l'année étant occupée par le retour d'anciens ennemis tels Fatalis mais aussi, et surtout, les crossovers avec d'autres séries, le plus important étant celui du mois suivant avec Hulk et les Avengers, dont nous reparlerons. Tout cela n'enlève évidemment rien à la qualité de la série qui reste l'une des meilleures du moment, et sur laquelle j'aurais encore à commenter, mais force est de constater que l'épisode du jour est bien moins important et mémorable que l'arrivée de Captain america chez les Avengers où l'apparition de la confrérie des mauvais mutants chez les X-men, le même mois.
Le gros point de l'épisode est évidemment l'apparition de l'Enfant terrible, sans doute l'une des créations les plus originales et décalées de Stan Lee et Jack Kirby. Le personnage est un peu à cheval entre l'Homme impossible et l'Homme molécule, une sorte d'alien invincible et au pouvoir potentiellement illimité. L'originalité vient du fait qu'il s'agit d'un enfant innocent, et qu'il ne peut pas être tenu pour responsable de ses actes. Un point de vue intéressant, et qui permet de le différencier des super vilains lambda qu'on voit depuis le début, mais qui d'un autre côté enlève aussi tout espoir d'en faire un adversaire régulier du quatuor. D'ailleurs, il ne réapparaîtra que bien plus tard dans "Power Pack" (Puissance 4, en vf), et la fin de l'épisode montre assez certainement que Lee et Kirby ne voulait pas le réutiliser.
Pour le reste, j'ai peu de choses à ajouter. Les épisodes des mois suivant, qui verront le premier crossover d'envergure entre deux équipes de super héros, seront plus riches de commentaires. Reste que la série est toujours aussi agréable à lire et que Stan Lee et Jack Kirby semblent vouloir expérimenter un peu et se faire plaisir le temps d'un épisode.

Prochainement: Sgt Fury and his Howling commandos 6...Où les Howlers font face au maréchal Rommel!Nuff' Said!
Dernière édition par Bruce Banner le 08 Avr 2018, 19:17, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Bruce Banner
Sauveur de l'Univers
 
Messages: 824
Inscrit le: 23 Avr 2015, 17:08
Localisation: Base Gamma

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Bruce Banner » 27 Mars 2018, 17:24

Chronique n°124- Sgt Fury and his Howling commandos 6
Image
Date: Mars 1964
Auteurs: Stan Lee et Jack Kirby
Titre: "The Fangs of the Desert Fox!"


Résumé

En Angleterre, Nick Fury est en route pour un rendez-vous avec Pamela Hawley, sa fiancée. Après avoir été vainement attaqué par trois soldats allemands en mission secrète, il parvient au cinéma où les actualités parlent de l'Afrikakorps du général Rommel et des victoires qu'il remporte contre les Alliés en afrique du nord.
L'Etat major allié est très préocuppé par la question, et les Howlers, doivent être envoyés en mission en afrique. Toutefois, au cours de leur entrainement, Dino Manelli est blessé et c'est un autre soldat, George Stonewell, qui doit le remplacer. Alors que Stonewell rencontre Manelli, il réagit étrangement au fait que ce dernier soit d'origine italienne et semble ne pas vouloir lui serrer la main. Fury trouve la chose étrange mais met ça sur le compte d'une fausse impression.
Toutefois, et alors que Fury présente Izzy Cohen, un autre membre des Howlers, Stonewell réagit tout aussi froidement. Fury est de plus en plus intrigué mais le pire est à venir. Alors que Stonewell salue chaleureusement Dum Dum Dugan et Robert Ralston, il est horrifié à l'idée de devoir partager sa chambrée avec Gabriel Jones, au seul motif de la couleur de peau. Fury comprend ce qui cloche depuis le début: Stonewell est raciste! Le soldat s'attire évidemment les foudres de toute l'équipe qui lui fait bien comprendre qu'il ne toléreront pas ça.
Les Howlers sont finalement envoyés combattre l'Afrikakorps de Rommel. Stonewell fait équipe avec Jones, qui étant plus expérimenté, prend les décisions. Mais Stonewell refuse d'obéir à un homme noir et n'en fait qu'à sa tête, ce qui permet à un opérateur allemand d'envoyer un message avertissant les troupes de l'Axe de la présence des commandos. Nick Fury parvient toutefois à faire un prisonnier.
Alors que les Howlers se sont repliés, craignant une représaille des forces de Rommel, Stonewell décide d'interroger le prisonnier allemand. Celui-ci, par la flatterie et la ruse, persuade le soldat allié de le libérer, lui promettant qu'il aurait la vie sauve en cas de capture.
Des avions allemands apparaissent dans le ciel et le groupe est attaqué. Le soldat allemand assomme Stonewell et tente de signaler sa présence mais les pilotes, se méprenant, le mitraille. Les Howlers parviennent à s'en sortir, et parviennent bientôt en vue de l'Afrikakorps. Rommel est à portée de vue et pourrait être capturé.
Stonewell doit faire équipe avec Cohen, mais une fois encore, son racisme remonte à la surface et il refuse d'obéir à son coéquipier. Son attitude met en échec la mission et, dans le combat qui suit, il est blessé. Izzy Cohen parvient toutefois à le ramener sur son dos et à lui sauver la vie.
A son réveil à l'hôpital, Stonewell constate qu'il a reçu une transfusion de sang de Gabriel Jones. Les Howlers sont renvoyés en angleterre car la mission est annulé: les alliés ont appris que Rommel complote pour tuer Hitler et ils comptent bien le laisser faire.
En angleterre, Stonewell quitte l'équipe sans un mot. Il laisse toutefois un message à Izzy Cohen et Gabriel Jones, expliquant qu'on ne peut vaincre aisément des préjugés, mais qu'en essayant, il se pourrait qu'un jour ils soient tous comme des frères.

Notes

Retour chez Nick Fury pour un nouvel épisode fort intéressant et qui porte sur le sujet assez grave du racisme tout en plongeant à nouveau la série dans un cadre Historique plus réaliste que le précédent.
Déjà, dans "The Fantastic four 21", le sujet avait été abordé par Lee et Kirby. Toutefois, il faut reconnaitre que le tout était assez grossier, le seul coupable étant le maitre de la Haine, un super vilain affublé d'un rayon un peu kitsch, tandis que les gens haineux n'étaient que de pauvres victimes innocentes du rayon en question. Même au sein de la série, "Sgt Fury", la question du racisme restait lié à celle du Nazisme. Les méchants sont tous allemands, tandis que côté allié, tout le monde est irréprochable.
Ici, Lee et KIrby prennent donc le temps d'évoquer à nouveau la question du racisme sous un jour plus réaliste. Dans la préface du volume 1 de la collection Marvel masterworks consacré au Sgt Fury, Stan Lee ne cache d'ailleurs pas que cet épisode est l'un de ses préférés. Et en effet, ici les auteurs ont mis en avant quelque chose d'intéressant. Le racisme est montré dans toute sa bêtise. Il n'est pas le fait d'un Adolf Hitler où d'un super vilain tout puissant. Non. Il s'incarne seulement en la personne de George Stonewell, un simple soldat allié sans histoires qui, à cause de ses préjugés et de sa façon de penser, va mettre en péril sa vie et celle des autres pour une simple question de prétendue supériorité. C'est bien plus réaliste et subtil que dans "Fantastic four" et cela change beaucoup de l'ambiance qui régnait dans les précédents épisodes. Toutefois, la fin nuance le tableau puisqu'on y devine que Stonewell, sauvé par ceux qu'ils détestent a commencé à ouvrir les yeux. Une touche optimiste sans doute voulu pour montrer quand même qu'on peut lutter contre ça et que si l'on devient raciste, on peu aussi ne plus l'être. Rappelons évidemment qu'en 1964, la lutte pour les droits civiques battait encore son plein et que, pour le lecteur, cet épisode était évidemment perçu comme une métaphore de ce qui se passait réellement. C'est en tout cas tout à l'honneur de Lee et Kirby d'avoir sorti un tel épisode et d'avoir évoqué le sujet sous un jour moins caricatural que dans "Fantastic four".
Pour le reste, l'épisode du jour nous plonge également dans une certaine réalité Historique puisqu'il est question de Rommel et de l'Afrikakorps. Rommel, surnommé le "renard du désert" était en effet un officier allemand, commandant des troupes de l'Axe en afrique du nord, puis plus tard chargé des défenses du mur de l'Atlantique. Evidemment, Lee et Kirby ne vont pas jusqu'à le faire capturer par les Howlers, ce qui aurait mal cadré avec la réalité et aurait paru un peu gros, même pour une série comme celle là, et en un sens, la mission n'est qu'un décor et pas le sujet principal de l'épisode. Reste que la fin, l'idée que Rommel complote contre Hitler renvoie à l'attentat raté du 20 juillet 1944, commandité par le comte Von Stauffenberg. Enfin, Lee et Kirby n'oublient pas non de faire évoluer les personnages puisque la présence de Pamela Hawley, dont la présence bien que furtive au début de l'épisode, rappelle que Fury est bel et bien fiancée. La relation entre les deux amants évoluera lentement pendant quelques épisodes, avant de se terminer brusquement et tragiquement. Mais c'est une autre histoire :wink: .
En bref, voila un superbe épisode de Sgt Fury, moins drôle et haut en couleur que les précédents, mais plus émouvant, sérieux et tragique. Les épisodes suivants reviendront toutefois à une trame plus classique et Stonewell ne reviendra pas. On peut tout de même saluer le geste de Stan Lee et Jack Kirby qui ont pris le temps d'un épisode pour parler d'un sujet grave et le dénoncer.

Prochainement: Strange Tales 118...Où la Torche affronte à nouveau le Sorcier, tandis que Docteur Strange fait face à de mystérieux envahisseurs!Nuff' Said!
Dernière édition par Bruce Banner le 08 Avr 2018, 19:18, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Bruce Banner
Sauveur de l'Univers
 
Messages: 824
Inscrit le: 23 Avr 2015, 17:08
Localisation: Base Gamma

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Bruce Banner » 28 Mars 2018, 19:23

Chronique n°125- Strange tales 118
Image
Date: Mars 1964
Auteurs: Human Torch: Stan Lee et Dick Ayers/Docteur Strange: Stan Lee et Steve Ditko
Titre: "The Man Who Became the Torchl!"/"The Possessed!"


Résumé

* Ce comics contient un épisode de la Torche Humaine et un épisode de Docteur Strange.

- Human Torch: Alors que Johnny s'entraine à tester sa flamme, ses amis lui proposent de venir faire une partie de bowling. Johnny accepte mais souhaite d'abord terminer son entrainement. Face à la curiosité de ses amis qui se demandent il insiste tant à exercer sa flamme, Johnny répond que les super vilains peuvent toujours attaquer quand on les attend le moins.
En effet, au même instant, le Sorcier s'évade de prison où il a discrètement fabriqué un dispositif anti-gravité. Grâce à cela, il compte reprendre sa carrière criminelle. Mais il compte tout d'abord se venger de son ennemi, la Torche, en usurpant son identité afin de commettre ses méfaits en son nom.
Le Sorcier piège aisément Johnny et, afin d'être certain que les autres Fantastiques ne se doutent de rien, il fait inhaler un gaz soporifique à Sue qu'il kidnappe, tandis qu'il fait croire à Ben et Reed que "lui" et sa soeur partent en congé pendant quelque temps, afin de soigner un soi-disant coup de froid.
Toutefois, depuis l'endroit où il est retenu prisonnier, Johnny parvient à envoyer un signal de détresse à Reed et Ben. Ceux-ci accourt et libèrent La Torche et l'invisible. Johnny part alors se venger du Sorcier.
Un combat s'engage mais, sentant la victoire lui échapper, le Sorcier décide de s'enfuir à l'aide de ses disques anti-gravité. Toutefois, il se rend compte avec horreur qu'il ne parvient plus à redescendre et que le disque l'emmène de plus en plus haut, jusque dans les strates de l'atmosphère où l'oxygène n'est plus présent. Ne pouvant rien faire, la Torche se demande si son ennemi a pu survivre.

- Docteur Strange: Quelque part dans les Alpes bavaroises, des villageois semblent soudainement possédés. Le docteur Strange arrive sur place pour résoudre l'affaire. Une force surnaturelle est à l'oeuvre mais il ne parvient pas à l'atteindre. Strange décide alors de tendre un piège: revêtant sa forme astrale, il laisse son corps en évidence dans l'attente qu'un être tenterait de le posséder. C'est chose faite et le maître des arts mystiques se retrouve bientôt face à face avec un étrange alien venu d'une autre dimension et dont les pairs veulent envahir la Terre. Strange finit par battre les Aliens et leur leader, et le portail qui mène d'une dimension à l'autre est scellé afin que la Terre ne soit plus menacée.

Notes

Nouvelle chronique pour laquelle nous retrouvons la Torche Humaine et le Docteur Strange.
Du côté de la Torche Humaine, nous assistons au grand retour du Sorcier, personnage qui commence à prendre un visage plus familier. En effet, c'est la première fois qu'apparaissent les fameux disques anti-gravité, qui seront remis à l'honneur lorsque le personnage intégrera les Terrifics (Frightul four en VO). Néanmoins, c'est aussi la dernière fois que le super vilain apparait dans la série puisqu'il ne reviendra que dans "Fantastic four 36" en Mars 1965. D'ailleurs, il n'y a plus guère de super vilains qui vont faire leur apparition dans "Strange Tales" (pour la série dédiée à la Torche, j'entends) et celle-ci commence à stagner même si les auteurs tentent encore et toujours de faire évoluer le personnage de Johnny Storm. Ici, on le voit s'entrainer, apprendre à mieux maitriser ses pouvoirs, ce qui est toujours assez sympathique, mais au delà, cet épisode reste assez basique dans sa construction. J'avais déjà évoqué le fait que la série finira d'ailleurs, à partir de Strange tales 121, par devenir de façon définitive un team up entre la Chose et la Torche. Un moyen de relancer l'intérêt pour un spin off qui ne parvient pas à se hisser à la hauteur de "Fantastic four", quand bien même certains des épisodes suivants ont encore quelques sympathiques éléments à mettre en avant. Toutefois, à l'heure où les Fantastiques affrontent des menaces de plus en plus ambitieuses, à l'heure où Thor et Iron man commencent aussi à décoller et où à l'intérieur même du magazine, le Docteur Strange étend sa popularité, le pauvre Johnny Storm ne semble plus être la vedette qu'il était en 1962. Ceci peut expliquer en partie l'arrêt de la série en 1965, même si la présence de la Chose permettra d'amener de bonnes idées, notamment en remettant en avant les relations respectives des personnages avec Alicia Masters et Doris Evans. En bref, voila un épisode classique pour la Torche et dont le principal intérêt est la présence du Sorcier.
Du côté du Docteur Strange, nous avons à faire à un épisode très classique, dont le scénario est très certainement repris d'un des récits fantastiques qui étaient publiés dans le magazine "Strange Tales" avant les super héros et dont le thème n'a rien d'original. En fait, cet épisode est caractéristique des premiers récits de Strange: des petites histoires indépendantes, sans grande continuité ni personnage régulier autre que Strange lui-même. Le travail de Steve Ditko est toujours aussi intéressant mais le créateur du personnage n'a pas encore donné toute la mesure de son talent. Reste que la popularité du personnage est réelle, en témoigne le fait qu'il apparait-enfin- sur la couverture et que les numéros suivants le mettront de plus en plus en vedette sur celle-ci. En bref, Strange est encore un personnage en devenir, mais ces aventures restent plaisante à lire et Ditko réalise un travail tout à fait correct.

Prochainement: Tales of Suspense 51...où Iron man fait face à l'Epouvantail! Nuff'Said!
Dernière édition par Bruce Banner le 08 Avr 2018, 19:18, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Bruce Banner
Sauveur de l'Univers
 
Messages: 824
Inscrit le: 23 Avr 2015, 17:08
Localisation: Base Gamma

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Bruce Banner » 29 Mars 2018, 17:00

Nouvelle chronique. Bonne lecture.

Chronique n°126- Tales of Suspense 51
Image
Date: Mars 1964
Auteurs: Stan Lee et Don Heck
Titre: "The Sinister Scarecrow"


Résumé

Alors qu'Iron man poursuit un petit braqueur sans envergure, ce dernier tente de se réfugier dans un théatre. Malheureusement pour lui, Umberto, un contorsionniste qui se produit sur scène, se dit que l'arrêter avant Iron man lui ferait de la pub. Grâce à ses talents de contorsion, il parvient à renverser le braqueur et Iron man le félicite. Toutefois, au fond de lui, Umberto se dit que ses talents pourraient peut-être lui donner plus qu'une bonne publicité. Il décide alors de devenir criminel et de commettre des cambriolages.
Afin de ne pas être reconnu pendant ses vols, il revêt un costume d'épouvantail et se fait aider par deux corbeaux dressés qu'il a utilisé pendant un spectacle.
Umberto s'introduit chez Stark industrie mais il est surpris par Stark et Happy qui arrivent à ce moment là. L'épouvantail bat facilement Happy et se retrouve face à Iron man, Stark ayant pris le temps d'enfiler l'armure.
Le combat tourne à l'avantage du super vilain qui parvient à voler des plans secrets. L'épouvantail fait alors chanter Stark: il lui remettra les plans contre paiement d'une rançon. Evidemment, le criminel compte prendre la rançon, s'échapper vers Cuba et offrir les plans aux communistes.
Toutefois, alors que l'Epouvantail rencontre les soldats Cubains, Iron man intervient et parvient à vaincre les communistes et à récupérer les plans. Il ne peut toutefois empêcher la fuite de l'Epouvantail.

Notes

Nouvel chronique, nouvel épisode d'Iron man. Et quelques éléments intéressants à relever.
Evidemment, en premier lieu, l'intérêt de l'épisode est l'apparition d'un nouveau super vilain: l'Epouvantail. Personnage très secondaire à l'échelle de l'Univers Marvel et dont le nom est bien évidemment associé au concurrent Historique, DC Comics. Pourtant, même si le célèbre adversaire de Batman est apparu bien plus tôt, en 1941, il n'est pas certain que Marvel s'en soit directement inspiré. En effet, à l'époque où est paru "Tales to astonish 51", le personnage de Jonathan Crane, l'Epouvantail de DC, était un peu tombé dans l'oubli après être apparu seulement deux fois au cours de l'âge d'or. Il faudra attendre 1967 pour le voir revenir sur le devant de la scène et acquérir son statut d'ennemi régulier du chevalier noir, grâce à Gardner Fox et Sheldon Moldoff. Pourtant, des points communs existent entre les deux versions du personnage, notamment la présence des corbeaux (ce qui était le cas pour Crane dans la version pré-Crisis on infinite earths). Il y a donc deux possibilités: soit Stan Lee connaissait le personnage de DC, et misait sur le fait que personne ne s'en souvenait afin d'en copier le principe (mais on remarquera qu'ici, l'Epouvantail n'a rien à voir avec la peur), soit les auteurs se sont tout simplement dit qu'un épouvantail, de par son aspect, ferait un bon super vilain. Quel que soit la vérité, l'Epouvantail de Marvel ne connaitra jamais de grande carrière, que ce soit contre Iron man où d'autres et, comparativement à la version DC, il faut reconnaitre qu'il est moins intéressant. Bref, voila un super vilain pas franchement au mieux pour notre héros, même si on a déjà vu pire.
L'autre idée intéressante est que Lee et Heck s'attardent quelque peu sur le personnage de Pepper Potts, dont on voit clairement qu'elle est amoureuse de Stark- et redoutablement jalouse. C'est assez intéressant, même si les romances entre personnages se retrouvent plus où moins dans toutes les séries (merci Stan Lee) et cela permet aussi de continuer à développer le caractère des personnages. Le triangle Pepper-Stark Happy est d'ailleurs le coeur de la série puisqu'ils s'agit des seuls personnages réguliers. Voila donc quelques éléments assez sympathiques et qui permettent de faire avancer la série, celle-ci s'améliorant épisodes après épisodes.

Prochainement: Tales to Astonish 53...où Giant-man affronte à nouveau le Porc-épic! Nuff'Said!
Dernière édition par Bruce Banner le 08 Avr 2018, 19:19, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Bruce Banner
Sauveur de l'Univers
 
Messages: 824
Inscrit le: 23 Avr 2015, 17:08
Localisation: Base Gamma

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Bruce Banner » 30 Mars 2018, 17:49

Chronique n°127- Tales to astonish 53
Image
Date: Mars 1964
Auteurs: Stan Lee, Larry Lieber et Dick Ayers
Titre: "Trapped by the Porcupine!"


Résumé

Alors que Giant-man et la Guêpe effectuent un spectacle de divertissement pour des orphelins, ils sont secrètement espionnés par Alexander Gentry, alias le Porc-épic, l'un des ennemis du couple. Grâce à son armure, le super vilain tente de tuer Giant-man en le faisant chuter depuis un gratte-ciel, mais grâce à la Guêpe, le super héros s'en sort avec seulement une cheville fracturée.
Le Porc-épic retourner discrètement à son laboratoire, jurant de se venger de son adversaire. Il développe alors un nouveau gaz soporifique, capable d'endormir Giant-man. Puis, pour mener à bien sa vengeance, Gentry infiltre un fan club de Pym, dont il convainc les membre de se déguiser en ennemis de Giant-man avant de lui rendre visite. Les membres acceptent, sans se douter que Gentry est réellement un ennemi du super héros.
Au cours de la rencontre, et alors que Pym est impressionné par le "déguisement" de Gentry, celui-ci piège la Guêpe en lui demandant si elle peut aller chercher un cadeau qu'il a oublié dans sa voiture. Puis, il lâche son gaz dans la pièce. Seulement, Giant-man parvient à le disperser avant qu'il ne fasse effet sur lui et un combat s'engage. Le Porc-épic parvient à fuir et à emmener Janet en otage.
Pendant que Giant-man lance un appel à l'aide aux fourmis, le super vilain libère Janet non s'en s'être assuré de pouvoir la suivre. Il compte ainsi découvrir l'adresse du couple et la véritable identité de Giant-man.
Le plan marche et un combat s'engage, au cours duquel le Porc-épic parvient à voler des capsules de particules Pym au héros. Giant-man tente de l'arrêter mais trop tard: Gentry les absorbe toutes afin de devenir plus grand encore que Giant-man. Mais il se rend compte avec horreur qu'il s'est trompé et qu'il a absorbé les capsules rétrécissantes. La dose est si forte qu'il rétrécit jusqu'à disparaitre dans l'infiniment petit, sous le regard impuissant de Giant-man.

Notes

Nouvelle chronique dédiée aujourd'hui à Ant-man/Giant-man. Pas forcément la plus palpitante qui soit, mais le pauvre Pym a déja connu pire.
Le point principal est bien sur le retour du Porc-épic, dont c'est la deuxième et dernière apparition dans la série. Et on peut déjà remarquer que ce personnage a un potentiel, gâché par son manque de caractérisation...et par son nom. Je m'explique. Lors de sa première apparition, le personnage a été présenté comme l'inventeur d'une armure de combat basé sur le même principe que les piquants du Porc-épic, et capable de lancer gaz où munitions sur l'adversaire. Idée assez sympa qui donne au costume du personnage un aspect assez unique qui pourrait presque en faire un adversaire d'Iron man. Dans l'épisode du jour, on découvre aussi qu'il est parvenu au moins à blesser Giant-man et surtout qu'il est passé à deux doigt de le démasquer. C'est déjà plus que bien des super vilains de l'époque. Seulement, au delà de ça, le personnage n'est pas exploité. Il n'a pas d'autres motivations que la vengeance contre Pym et sa défaite est ridicule (le procédé du rétrécissement sera d'ailleurs réutilisé dans "Daredevil" avec l'Homme aux échasses). Et puis, soyons honnêtes, "Porc-épic" n'est pas un nom très charismatique. Non pas que j'ai quelque chose contre ces charmants petits mammifères, mais enfin, si l'on veut inspirer la crainte et le respect, ce n'est pas forcément le nom le plus approprié. Bref, voila donc un super vilain qui aurait pu connaitre une meilleure carrière s'il avait porté un autre nom où s'il n'avait pas été cantonné à affronter Ant-man.
Pour le reste, deux-trois éléments à noter. Tout d'abord, le lien entre Pym et les fourmis est à nouveau évoqué. Elles avaient disparus depuis la transformation en Giant-man. Ici, les auteurs semblent vouloir retourner aux sources, même si cela reste rapide et cantonné à une seule scène. Enfin, on notera que la Guêpe semble jouer un rôle de plus en plus mineur. Ici, elle ne sert à rien, et la relation entre les deux personnages n'est pas développé. Dommage.
Voila donc un épisode en demi-teinte pour Giant-man, dont la série commence décidemment à devenir la moins réussie de l'Univers Marvel.

Prochainement: The X-men 4...Où la confrérie des mauvais Mutants entre en scène! Nuff'Said!

Voila. C'était la chronique du jour. J'ai essayé de reprendre un peu là où j'en était resté depuis le début de l'année. Il reste encore une chronique pour le mois de Mars (X-men), après quoi, nous entamerons Avril, avec notamment la première chronique dédiée à Daredevil. N'hésitez pas à faire des retours sur ce que j'écrit, si ça vous intéresse toujours autant où pas, si ça vous plait où pas. Si vous avez des choses à ajouter où à corriger. Ca m'intéresse de lire vos avis :) . En tout cas, merci à tout ceux qui me lisent. Et à bientôt pour de nouvelles chroniques.
Dernière édition par Bruce Banner le 08 Avr 2018, 19:19, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Bruce Banner
Sauveur de l'Univers
 
Messages: 824
Inscrit le: 23 Avr 2015, 17:08
Localisation: Base Gamma

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Albérich » 30 Mars 2018, 17:53

Tu veux de la motivation, je t'en donne Bruce !!!

Je me régale à lire tes chroniques ! Alors, continue car je suis sûr à ne pas être le seul dans ce cas !!
Avatar de l’utilisateur
Albérich
Entité Cosmique
 
Messages: 4405
Inscrit le: 17 Juin 2010, 09:17

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Bruce Banner » 02 Avr 2018, 13:48

Merci Albérich pour tes encouragement supercool . Je ne manque pas de motivations, mais je trouve toujours intéressant d'avoir d'autres points de vue sur ce que j'écris. Ca me permet de voir les choses d'un angle extérieur, de voir si ce que j'écris est toujours pertinent, et, éventuellement, de corriger certains défauts où de voir des éléments qui peuvent m'échapper. etc, etc.

Chronique n°128- The X-men 4
Image
Date: Mars 1964
Auteurs: Stan Lee et Jack Kirby
Titre: "The Brotherhoods of Evil Mutants!!"


Résumé

Alors que les X-men s'entrainent en salle des dangers, le professeur Xavier offre à toute l'équipe un gateau d'anniversaire afin de célébrer le premier anniversaire d'existence de l'équipe.
Pendant ce temps, un autre groupe de Mutants tout juste fondé est à table. Il s'agit de la Confrérie des mauvais mutants, constitué à l'initiative de Magneto et constitué du Crapaud (Toad en VO), du Cerveau (Mastermind), ainsi que de la Sorcière rouge (Scarlet Witch) et de Vif-argent (Quicksilver), qui sont frères et soeurs. La discussion commence à s'envenimer, le Cerveau tentant de séduire grossièrement la Sorcière rouge, tandis que Vif-argent prend la défense de sa soeur. La dispute cesse toutefois aussi vite qu'elle a commencé à la seule évocation du nom de Magneto. Celui-ci revient au QG après avoir volé un cargo muni de canons et apprend la dispute. Vif-argent menace de quitter l'équipe mais Magneto lui rappelle qu'il a sauvé la vie de sa soeur alors que des paysans d'Europe centrale voulait la tuer. Vif-argent et la sorcière rouge ne partagent pas les opinions de Magneto, mais conscient de leur dette et se méfiant des humains, acceptent de rester.
La confrérie des mauvais mutants, muni du cargo, attaque la république de San Marin, un petit pays sud-américain, où Magneto se met à régner en despote, aidé par les illusions mentales du Cerveau qui fait apparaitre une "armée" et fait croire à la population qu'elle doit se soumettre. Xavier apprend vite la nouvelle et contacte Magneto sur le plan astral. Les deux mutants s'entretiennent mais leur vision est irréconciliable. Le professeur X comprend alors qu'il est du devoir des X-men d'arrêter les mauvais mutants.
Parvenu à San Marin, les X-men attaquent la forteresse où est retranché Magneto. La confrérie des mauvais mutants tente de les en empêcher et la Sorcière rouge parvient même à mettre Angel KO provisoirement.
Les X-men sont vite en difficultés et Xavier décide d'intervenir personnellement. Magneto piège la porte menant à son repère, tandis qu'il arme une bombe atomique, préférant raser le pays que s'avouer vaincu. Alors que les X-men approchent du piège, Xavier sent la menace et s'élance au devant de ses élèves. L'explosion le met inconscient mais permet aux X-men d'entrer. La confrérie décide alors de s'enfuir, mais Vif-argent, désapprouvant les méthodes de Magneto, prend le temps de désamorcer l'arme atomique avant de suivre ses coéquipiers.
Vainqueurs, les X-men doivent toutefois se rendre à l'évidence: Xavier est vivant, mais le choc lui a fait perdre ses pouvoirs.

Notes

Après un deuxième et troisième épisode, somme tout sympathique mais oubliable, voici un épisode fondateur et Historique pour les X-men. Il y a beaucoup d'éléments intéressants à relever.
En premier lieu, évidemment, nous découvrons l'existence de la confrérie des mauvais mutants, qui est appelé à connaitre de nombreux membres et incarnations différentes et à rester une part intégrante de l'univers des X-men. Fait amusant, le mois où Marvel publie cet épisode, DC comics publie un épisode de "Doom Patrol" où apparait "the Brotherhood of evil". Doom patrol ayant par ailleurs été publié pour la première fois trois mois avant X-men 1, et le concept des deux séries étant plus où moins similaire, certains y ont vu une tentative de copie où de plagiat de la part de Marvel, même s'il peut s'agir aussi d'une simple coïncidence. Mais là n'est pas le sujet. X-men 4 nous fait donc découvrir la confrérie, composé de 5 membres: Magneto, dont c'est la seconde apparition et sur lequel nous allons revenir. Suivent ensuite le Crapaud et le Cerveau, alias Toad et Mastermind en VO, deux mutants somme toute assez secondaire mais qui vont connaitre une carrière assez honorable, le Cerveau jouant même un rôle primordial dans la saga du Phénix noir, en 1980. Enfin, viennent Vif-argent et la sorcière rouge (Quicksilver/Scarlet Witch) dont l'apparition est intéressante. En effet, si Stan Lee et Jack Kirby se sont déjà amusés à créer des héros novateurs dans leur caractérisation- la Chose ressemblant à un monstre, Spider-man étant un adolescent, Hulk n'ayant rien d'héroïque-, c'est la première fois que le concept est tourné à l'envers, à savoir des super vilains qui n'ont rien de cruels et qui ne sont guère motivés dans leurs actes. D'ailleurs, les deux personnages vont connaitre une belle carrière en tant qu'Avengers, dont il rejoindront les rangs dès 1965 et vont devenir des piliers de l'Univers Marvel. Pour l'heure, hors leurs liens fraternels, ont en sait peu sur eux. Si Vif-argent est directement copié sur Flash, les pouvoirs de la Sorcière rouge sont mal définis et le resteront d'ailleurs pendant de nombreuses années. On sait toutefois qu'ils viennent d'europe central, ce qui permettra bien des années plus tard à d'autres auteurs d'explorer leurs origines.
Et puisqu'on parle de pouvoirs mal définis, j'en viens maintenant à Magneto. Outre le fait que le personnage est très différent de ses versions ultérieurs, il semble aussi capable de projeter son image mental, à l'image de Xavier. On peut donc penser que Stan Lee avait visiblement dans l'idée de faire de Magneto un mutant téléphatique. Ce sera très clair dans l'épisode 6 où le personnage usera de cette capacité pour contacter Namor. Par la suite, il n'en sera plus fait mention. Sans doute que cette double idée rendait le personnage trop puissant, plus que Xavier certainement,et que les auteurs ont préférés ne pas aller trop loin. De même, Magneto n'est absolument le survivant de la Shoah qu'il va devenir sous l'ère Claremont et il n'est ici, comme dans l'épisode 1, qu'un vulgaire tyran sans coeur et sans pitié.
Du côté des X-men, on retrouve un schéma déjà vu auparavant. Ainsi, Xavier joue un rôle primordial, participant à la bataille, tandis que les X-men sont dépassés et ne parviennent pas à vaincre leurs ennemis. Une idée qui diffère des autres séries mais a pu aussi causer un peu de tort: à quoi bon suivre une équipe qui, à chaque épisode, à besoin de son mentor pour s'en sortir. D'ailleurs, très vite, Xavier va s'effacer et les X-men vont s'affirmer comme une équipe unie. La fin de l'épisode- Xavier sans ses pouvoirs- amorce un peu ce virage.
Enfin, dernier détail, on apprend ici que l'équipe a été fondé il y a un an. Comme le premier épisode ne s'étendait pas sur les origines du groupe, hors l'arrivée de Jean Grey, ça ne pose pas problème pas rapport à la continuité mais soulève une autre question: qu'ont fait les quatre premiers X-men pendant une année entière, avant l'arrivée de Jean Grey. Les origines des membres du groupe seront creusés ultérieurement, à partir de X-men 38 en Novembre 1967.
Voila, je pense avoir fait le tour de ce qu'il y avait à dire. En bref, voila donc un épisode fondateur pour la mythologie des X-men. En outre, c'est avec cette chronique que s'achève le mois de Mars 1964. Dans la prochaine chronique, nous allons donc retrouver Spider-man, avant de nous attaquer à...Daredevil 1 :) .

Prochainement: The amazing Spider-man 11...où Octopus vient prendre sa revanche sur Spider-man! Nuff'Said!
Dernière édition par Bruce Banner le 08 Avr 2018, 19:20, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Bruce Banner
Sauveur de l'Univers
 
Messages: 824
Inscrit le: 23 Avr 2015, 17:08
Localisation: Base Gamma

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar fred le mallrat » 02 Avr 2018, 17:20

Bruce Banner a écrit:En premier lieu, donc, nous voyons apparaitre les Exécuteurs ("The Enforcers" en VO), un groupe assez secondaire à l'échelle de l'Univers Marvel, mais qu'on reverra toutefois ici et là.

Ma premiere rencontre avec eux fut dans Special strange avec les sons of Tiger.. d ailleurs ces 2 groupes reapparurent peu apres cela.. jusqu'à la fin des 90's et surtout depuis les années 2000..
surtout Ox..

Bruce Banner a écrit: En premier lieu, c'est Bucky qui est supprimé. Créé en 1941 comme faire-valoir du héros, sans doute pour surfer sur le succès de Robin avec Batman, le personnage n'a sans doute plus sa place dans un univers Marvel où les adolescents sont des héros, comme spider-man, et pas des faire valoir. Et deuxièmement, Steve Rogers n'est plus un patriote zélé, c'est un homme bon, profondément attaché à des valeurs nobles et qui doit désormais s'adapter à un monde moderne qu'il ne connait pas.


Cela permet aussi de creer un trauma marvel au personnage..

Bruce Banner a écrit: D'ailleurs, il ne réapparaîtra que bien plus tard dans "Power Pack" (Puissance 4, en vf), et la fin de l'épisode montre assez certainement que Lee et Kirby ne voulait pas le réutiliser.


En regardant pour m amuser je constate qu il est réapparu dans le crossover nnihilation (aucun souvenir) mais avant Power Pack .. dans .. Zembla!!
http://marvel.wikia.com/wiki/Infant_Terrible_(Earth-616)

Bruce Banner a écrit: l'Epouvantail de Marvel ne connaitra jamais de grande carrière, que ce soit contre Iron man où d'autres et, comparativement à la version DC, il faut reconnaitre qu'il est moins intéressant. Bref, voila un super vilain pas franchement au mieux pour notre héros, même si on a déjà vu pire.

Si je suis d accord sur la periode du Silver age.. pas aprés.. Demmateis le recrée en schyzophrene serial killer à partir de Cap 280 et le rend effrayant. Apres cela Howard Mackie s en servira plusieurs fois dont dans les effrayant Ghost Rider 6 puis Captain America/GR: Fear (dessiné par Lee Weeks) tout aussi effrayants.. je recommande tous ces comics... ainsi que ceux de l autre epouvantail marvel (celui qui sort d un tableau et est un lord of fear)

Bruce Banner a écrit: Bref, voila donc un super vilain qui aurait pu connaitre une meilleure carrière s'il avait porté un autre nom où s'il n'avait pas été cantonné à affronter Ant-man.


Il aura une mort héroique dans Captain America 315 contre la serpent society. Le nom est repris plus tard par un autre Roger Gocking qui joue un grand role dans la derniere et superbe série Spiderwoman (quasi inédite en VF)
Spoileur : clique pour déplier et voir le contenu
dont il devient l'amant, élevant ensemble la fille de spiderwoman



Bruce Banner a écrit:Et puisqu'on parle de pouvoirs mal définis, j'en viens maintenant à Magneto. Outre le fait que le personnage est très différent de ses versions ultérieurs, il semble aussi capable de projeter son image mental, à l'image de Xavier. On peut donc penser que Stan Lee avait visiblement dans l'idée de faire de Magneto un mutant téléphatique. Ce sera très clair dans l'épisode 6 où le personnage usera de cette capacité pour contacter Namor. Par la suite, il n'en sera plus fait mention. Sans doute que cette double idée rendait le personnage trop puissant, plus que Xavier certainement,et que les auteurs ont préférés ne pas aller trop loin. De même, Magneto n'est absolument le survivant de la Shoah qu'il va devenir sous l'ère Claremont et il n'est ici, comme dans l'épisode 1, qu'un vulgaire tyran sans coeur et sans pitié.


J'ai lu quelque part que Lee et kirby avait pensé en faire le frere de Xavier avant l'intro du Fleau.. certains points iraient dans ce sens sur les 1ers xmen..
Avatar de l’utilisateur
fred le mallrat
Modo-Man
 
Messages: 19485
Inscrit le: 17 Oct 2005, 09:34
Localisation: Bordeaux

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Bruce Banner » 02 Avr 2018, 18:21

Merci pour les commentaires et précisions.

fred le mallrat a écrit:
Bruce Banner a écrit: En premier lieu, c'est Bucky qui est supprimé. Créé en 1941 comme faire-valoir du héros, sans doute pour surfer sur le succès de Robin avec Batman, le personnage n'a sans doute plus sa place dans un univers Marvel où les adolescents sont des héros, comme spider-man, et pas des faire valoir. Et deuxièmement, Steve Rogers n'est plus un patriote zélé, c'est un homme bon, profondément attaché à des valeurs nobles et qui doit désormais s'adapter à un monde moderne qu'il ne connait pas.


Cela permet aussi de creer un trauma marvel au personnage..


Oui, exact et j'ai oublié de le mentionner. D'autant que c'est un élément qui, avec Stan Lee, va être assez présent.

Fred le Mallrat a écrit:
Bruce Banner a écrit: l'Epouvantail de Marvel ne connaitra jamais de grande carrière, que ce soit contre Iron man où d'autres et, comparativement à la version DC, il faut reconnaitre qu'il est moins intéressant. Bref, voila un super vilain pas franchement au mieux pour notre héros, même si on a déjà vu pire.


Si je suis d accord sur la periode du Silver age.. pas aprés.. Demmateis le recrée en schyzophrene serial killer à partir de Cap 280 et le rend effrayant. Apres cela Howard Mackie s en servira plusieurs fois dont dans les effrayant Ghost Rider 6 puis Captain America/GR: Fear (dessiné par Lee Weeks) tout aussi effrayants.. je recommande tous ces comics... ainsi que ceux de l autre epouvantail marvel (celui qui sort d un tableau et est un lord of fear)


Je vais être honnête, je connais assez mal ce personnage. je n'ai pas lu notamment les épisodes que tu cite. Mais malgré tout, il faut admettre qu'il reste dans l'ombre de la version DC Comics. Et le nombre total de ses apparitions est quand même très faible. Pour beaucoup parmi les lecteurs de comics, l'épouvantail, c'est Jonathan Crane, l'adversaire de Batman. Même si, comme tu le souligne, il y a aussi des auteurs qui sont parvenus à en faire quelque chose d'assez réussi.

Fred le Mallrat a écrit:
Bruce Banner a écrit: Bref, voila donc un super vilain qui aurait pu connaitre une meilleure carrière s'il avait porté un autre nom où s'il n'avait pas été cantonné à affronter Ant-man.


Il aura une mort héroique dans Captain America 315 contre la serpent society. Le nom est repris plus tard par un autre Roger Gocking qui joue un grand role dans la derniere et superbe série Spiderwoman (quasi inédite en VF)
Spoileur : clique pour déplier et voir le contenu
dont il devient l'amant, élevant ensemble la fille de spiderwoman


C'est vrai mais soyons honnêtes, aucune des version du Porc-épic, Gentry où Gocking, ne fait partie des grands personnage Marvel. La mort de Gentry, aussi héroique soit-elle, n'est pas resté dans les annales au même titre que d'autres personnages plus célèbres. Combien de lecteurs réguliers de Marvel, où de fans de Captain america, citerait le "Captain america 315" comme un des grands moments de la série où de l'éditeur? Et je suis prêt à parier que parmi les lecteurs actuels de Marvel, beaucoup ne savent même pas qu'il existe un personnage nommé "Porc-épic". Ca n'enlève rien au fait que le personnage a des atouts mais ce nom assez ridicule et le fait qu'il soit resté cantonner à affronter Ant-man à une époque où la série de "Tales to astonish" était l'une des plus faibles de l'éditeur, n'a pas aidé à le faire décoller. Peut-être que si avec son armure, il avait affronté directement Iron man, où même Captain america, son destin aurait été un peu différent.

Fred le Mallrat a écrit:
Bruce Banner a écrit:Et puisqu'on parle de pouvoirs mal définis, j'en viens maintenant à Magneto. Outre le fait que le personnage est très différent de ses versions ultérieurs, il semble aussi capable de projeter son image mental, à l'image de Xavier. On peut donc penser que Stan Lee avait visiblement dans l'idée de faire de Magneto un mutant téléphatique. Ce sera très clair dans l'épisode 6 où le personnage usera de cette capacité pour contacter Namor. Par la suite, il n'en sera plus fait mention. Sans doute que cette double idée rendait le personnage trop puissant, plus que Xavier certainement,et que les auteurs ont préférés ne pas aller trop loin. De même, Magneto n'est absolument le survivant de la Shoah qu'il va devenir sous l'ère Claremont et il n'est ici, comme dans l'épisode 1, qu'un vulgaire tyran sans coeur et sans pitié.


J'ai lu quelque part que Lee et kirby avait pensé en faire le frere de Xavier avant l'intro du Fleau.. certains points iraient dans ce sens sur les 1ers xmen..


Intéressant. Je ne savais pas du tout.
Avatar de l’utilisateur
Bruce Banner
Sauveur de l'Univers
 
Messages: 824
Inscrit le: 23 Avr 2015, 17:08
Localisation: Base Gamma

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar fred le mallrat » 02 Avr 2018, 20:12

je suis d accord avec toi sur Porc epic et epouvantail.. je signalais surtout des comics où on pouvait en avoir une vision differente..
Apres pour le récent Porc epic il faut voir où ira son intégration au cast de spiderwoman mais ca peut le faire monter d un cran en tout cas.


“I always wanted Magneto to turn out to be Professor X’s brother,” Stan Lee revealed in Comics Creators On X-Men. “If I had stayed with the book, that’s what I would have done. (…) I figured that I could come up with an explanation when I needed it: I always did. But I thought it would be fun if Professor Xavier and Magneto were brothers.”


http://secretsbehindthexmen.blogspot.fr ... x-men.html
Avatar de l’utilisateur
fred le mallrat
Modo-Man
 
Messages: 19485
Inscrit le: 17 Oct 2005, 09:34
Localisation: Bordeaux

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Bruce Banner » 04 Avr 2018, 18:50

Et zou, on est reparti...

Chronique n°129- The amazing Spider-man 11
Image
Date: Avril 1964
Auteurs: Stan Lee et Steve Ditko
Titre: "Turning point"


Résumé

Alors que Peter se morfond chez lui à cause de Betty, la radio annonce la libération prochaine du Dr Octopus, le criminel ayant obtenu une réduction de peine pour bonne conduite.
Méfiant quand aux intentions de son ennemi, Peter se fabrique un traceur, afin de pouvoir filer discrètement Octopus en cas de besoin. Alors que le super héros observe discrètement la sortie de prison d'Octopus, il a la surprise de constater que c'est Betty qui est venu chercher le criminel et qui l'emmène en voiture. Peter remarque une carte qui tombe du véhicule et, après avoir lancé son traceur sur celui-ci, Comprend que Betty et Octopus se rendent en Pennsylvanie.
En réalité, Betty ne travaille pas pour Octopus. Elle s'est vue contrainte et forcé de l'emmener à Philadelphie car l'avocat Bennett Brant, son frère, à des dettes envers Blackie Gaxton, un membre de la pègre qu'il représente en justice et qui compte bien sur l'aide d'Octopus pour s'évader de prison. Betty a offert ses économies en paiement de la dette de son frère, mais rien n'y fait. Celui-ci se voit contraint et forcé d'obéir aux ordres de Blackie.
Arrivé à Philadelphie, Peter retrouve Betty qui finit par lui révéler toute l'histoire. Peter promet l'aide de Spider-man (qu'il affirme avoir vu dans le coin) et se promet à lui-même d'avouer son identité à Betty dès que tout sera terminé.
Pendant ce temps, Octopus délivre Blackie mais contre toute attente, ce dernier décide de quitter le pays en emmenant Bennett avec lui. Le jeune avocat supplie qu'on le laisse enfin en paix, mais le criminel lui fiche un coup de poing afin de le faire taire.
Spider-man arrive à ce moment mais, par manque de chance, il se foule le pied, au moment d'atterrir sur le cargo où se trouvent Blackie, Octopus, et leurs hommes de mains.
Un combat s'engage toutefois et une balle perdue, tirée par Blackie, tue accidentellement Bennett. Betty est folle de rage et s'en prend à Spider-man qu'elle accuse de la mort de son frère.
Le super héros, désemparé, poursuit ses adversaires et met hors de combat Blackie Gaxton. Reste Octopus qui, malgré tout les efforts de Peter, parvient à s'enfuir.
La police, arrivée sur place, appréhende les hommes de la pègre. Peter retrouve Betty, effondré par le décès de son frère. L'adolescent comprend alors sombrement qu'il ne pourra jamais révéler qu'il est Spider-man, sous peine de perdre Betty définitivement.

Notes

Voila un épisode de Spider-man très réussi. Et qui démontre une fois encore la maturité scénaristique dont bénéficie les séries où officie Steve Ditko.
Bref, allons-y par étape. Le premier point est évidemment le retour d'Octopus, dont c'est la deuxième apparition et qui, pour l'heure, est lentement mais surement en train de s'affirmer comme le principal ennemi de Spider-man. Titre qui lui sera plus où moins ravi par le Bouffon vert, même si Doc Ock restera toujours au premier plan. Pour l'heure, le personnage est toujours aussi intéressant que dans le premier épisode, même s'il passe ici quelque peu au second plan.
Car, en effet, tout l'intérêt de cet épisode est situé dans ce qu'il apporte en terme de narration, de continuité et de développement des personnages. De narration car contrairement à d'autres séries centrés sur l'action, ici ce sont les rapports et interaction entre les personnages qui sont mis en avant. De continuité car la série commence à développer différentes trames scénaristiques, pensés et conçus sur le long terme et qui forme un tout amenant le lecteur à une révélation finale (ici, il s'agit du secret de Betty, mais on pourrait aussi citer la question de l'identité du Bouffon vert). Et enfin de développement des personnages car la relation entre Betty et Peter est désormais empoisonné par le problème de la non-révélation du secret de celui-ci et la tragédie qui touche la jeune femme. Une sorte de maturité scénaristique qu'on a déjà pu observer dans les séries où officie Ditko et à laquelle le dessinateur n'est surement pas étranger. "Amazing spider-man" donne donc clairement l'impression d'être la seule série Marvel pensé et conçu sur le long terme, une série où la continuité n'est pas imaginé au fur et à mesure, mais où chaque épisode est vue comme une étape dans un long jeu scénaristique devant aboutir quelque part. Quoi qu'il en soit, c'est une réussite et le run Lee-Ditko ne perd jamais en qualité.
Pour le reste, soulignons l'apparition des Spider-traceurs qui sont utilisés pour la première fois, ainsi que l'apparition éphémère de Bennett brant, le frère de Betty (encore que celui-ci sera réutilisé bien plus tard en tant que maître du crime. Mais c'est une autre histoire...).
En bref, une réussite que ce Spider-man 11, où la qualité du scénario se mêle au plaisir de revoir Octopus. Doc Ock qu'on va revoir très vite par ailleurs.

Prochainement: Daredevil 1...où l'Homme sans peur affronte le Fixer! Nuff'said!
Dernière édition par Bruce Banner le 08 Avr 2018, 19:20, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Bruce Banner
Sauveur de l'Univers
 
Messages: 824
Inscrit le: 23 Avr 2015, 17:08
Localisation: Base Gamma

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Mister B » 04 Avr 2018, 19:14

Cet épisode m'a toujours un peu agacé sur un point : qu'est-ce qui empêche Peter de révéler à Betty qui il est réellement ?
Soit Betty pense que Spidey est le meurtrier de son frère, mais elle connaît Peter, elle l'aime, Peter pourrait lui faire entendre raison. Si Spider-Man était aussi responsable qu'il prétend l'être, il n'aurait pas ainsi fui ses responsabilités.

Notre Fred regrette souvent que Stan Lee (lorsque il reprend les rennes de la série avec Romita) met fin au côté misanthrope de Peter développé par Ditko, mais la misanthropie de ce dernier ne fait pas sens. Si Peter prenait son courage à deux mains, s'il était fidèle à la devise de son oncle, il aurait réglé facilement les situations successives (dont cet épisode est le point de départ) qui le mène vers cette misanthropie.

Il est vrai cependant que passé cet élément, l'épisode a ses qualités. J'ai frémis au moment où Doc Ock démasque Spidey. Évoquons aussi ces magnifiques planches de Ditko qui a elles seules rendent la lecture de ce numéro indispensable ! :)
Image
Avatar de l’utilisateur
Mister B
Modo-Man
 
Messages: 21241
Inscrit le: 10 Sep 2009, 18:59
Localisation: Noisy-le-Grand

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar Bruce Banner » 04 Avr 2018, 20:29

Mister B a écrit:Cet épisode m'a toujours un peu agacé sur un point : qu'est-ce qui empêche Peter de révéler à Betty qui il est réellement ?
Soit Betty pense que Spidey est le meurtrier de son frère, mais elle connaît Peter, elle l'aime, Peter pourrait lui faire entendre raison. Si Spider-Man était aussi responsable qu'il prétend l'être, il n'aurait pas ainsi fui ses responsabilités.


Je trouve au contraire que sa réaction fait sens. Peter a tout simplement peur de perdre la femme qu'il aime. A la fin de l'épisode, Betty dit qu'elle ne hait pas Spider-man mais qu'elle ne veut plus jamais le revoir car sa présence lui rappellerait à jamais la mort de son frère. Donc, si Peter avoue tout, il prend le risque que Betty ne puisse pas surmonter tout ça et, indirectement, provoquer leur rupture. Moi, à sa place, j'aurais eu les mêmes craintes.

Mister B a écrit:J'ai frémis au moment où Doc Ock démasque Spidey.


Ce n'est pas dans cet épisode, mais dans le prochain :wink:
Avatar de l’utilisateur
Bruce Banner
Sauveur de l'Univers
 
Messages: 824
Inscrit le: 23 Avr 2015, 17:08
Localisation: Base Gamma

Re: Les chroniques de l'univers Marvel

Messagepar fred le mallrat » 05 Avr 2018, 08:08

Oui mais en fait il n y apas la mysanthropie que je regrette (elle arrive bien plus tard d ailleurs) mais le coté singulier, a part de Peter...
Quoi qu en dise les lecteurs quand Romita Sr arrive;, il en est fini du coté malchanceux, a part de Peter qui devient un personnage comme les autres.. et où la "malchance" ou autres n est qu une astuce scenaritique...
Comme le dit Bruce, Ditko est clairement en avance sur ses séries dans le marvelverse.. et quand Lee lache la bride à Kirby.. les séries qu il fait vont s envoler.. pour les autres... elles devront en général attendre Thomas ou la bande Gerber/Englehart/McGregor
Avatar de l’utilisateur
fred le mallrat
Modo-Man
 
Messages: 19485
Inscrit le: 17 Oct 2005, 09:34
Localisation: Bordeaux

PrécédentSuivant

Retour vers Le reste de l'univers Marvel !

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

Heroes database

Forumcomics, le forum des comics Marvel, mais aussi DC, Topcow, Star wars, Lobo, etc. Découvrez tout sur l'univers des collectionneurs de bustes et statues Bowen, Attakus, Sideshow. Venez discuter de vos personnages préférés tel que Spider-Man, les 4 Fantastiques, Iron-Man, Hulk, X-Men, Daredevil, et aussi de Star Wars, Yoda, Goldorak, et toutes les séries de votre enfance !