Flash (New 52)

Re: Flash (New 52)

Messagepar fred le mallrat » 01 Août 2017, 11:41

Image

FLASH tome 7

Alors que Barry Allen se remet d'une séparation douloureuse avec sa collègue, Patty Spivot, le professeur Zoom, un terrible ennemi, version négative de son alter ego Flash, fait son apparition. Et pour débuter ses méfaits, il libère le propre père de Barry, Henry Allen, accusé depuis des années du meurtre de sa femme, et enfermé dans la prison de Central City !
Contenu : Flash #41-52, Sneak Peek Flash#1

Public : Ado-adulte - à partir de 12 ans
Genre : Action / Super-héros / Super-héros ou super-vilains
Collection : DC Renaissance
Date de sortie : 18 août 2017
Pagination : pages
EAN : 9791026811527
Prix : 28 EUR
Avatar de l’utilisateur
fred le mallrat
Modo-Man
 
Messages: 21231
Inscrit le: 17 Oct 2005, 09:34
Localisation: Bordeaux

Re: Flash (New 52)

Messagepar Biggy » 10 Fév 2018, 11:46

TOmes #3 et 4 lus.

Flash est un bolide, certes, mais son titre, au lancement des New52 fut plus un diesel qu’une essence de compétition. Un premier tome plutôt ronflant, et un second qui redresse un peu la barre, promettant des choses intéressantes. Mais ce qui fait, vraiment, la force de ce titre, c’est indéniablement le duo Francis Manapul, Brian Buccellato !

Alors que l’armée de Gorilla Grodd prend d’assaut la ville de Central City, son protecteur, Flash, doit faire face à une invasion aussi brutale que mortelle. Il ne lui reste plus alors qu’une seule solution : pactiser avec ses ennemis jurés, les Lascars. Mais au cours de cette alliance contre nature, ne risque-t-il pas de perdre son âme ?
(Contient les épisodes #13 à 19)

Tout d’abord un petit mot sur le délire d’Urban Comics. « Guerre au Gorille » ? Sérieusement ? Il fallait oser faire un jeu de mots aussi pourri comme titre pour ce volume.

Enchaînons avec les dessins. Si les noms de Marcus To, Ryan Winn et Marcio Takara sont crédités au casting artistique de ce tome, ce sont surtout, principalement et essentiellement, les dessins de Francis Manapul qui nous scotchent littéralement. Cet artiste a un tel talent pour représenter la Force Véloce, ses effets et sa vitesse. On la sent transparaître, s’évaporer des personnages qu’elle habite. Sa mise en page est incroyable, originale, graphique presque vivante, donnant une impression de vitesse assez bluffante à travers ses cases.

Véritable révélation et découverte, pour moi, de cet artiste sur ce titre. J’ai rarement eu le plaisir de voir un artiste aussi à l’aise, et doué, sur la vitesse. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus simple, et le résultat est juste incroyable. On rentre dans l’histoire, on se laisse emporter. On en sentirait presque une petite brise à chaque fois que Flash se met à courir.

Alors que tout le monde, dont la pauvre Patty Spivot, pense que Barry est mort, Flash, lui, se retrouve avec un problème, de taille, sur les bras ! Le terrible Gorilla Grodd semble bien décidé à récupérer les pouvoirs de Flash, en profitant, au passage, pour rayer Central City de la carte ! Mais le pire, c’est que le primate ne vient pas seul, puisqu’il est entouré de tout une armée de gorilles !

Malgré sa puissance et sa vitesse, Flash se retrouve dépasser par l’ampleur de l’attaque, le nombre de gorilles et surtout la Force Véloce déployée par Gorilla Grodd. Aussi surprenant que cela puisse paraître, Flash n’est pas seul à vouloir protéger Central City, puisque c’est également la ville des Lascars ! Captain Cold et ses partenaires ne vont pas hésiter à se mettre en danger pour protéger « leur » ville.

On s’en doute, ce ne sont pas les Lascars qui vont renverser la vapeur, le héros c’est Flash, et notre héros va devoir puiser au fond de ses tripes pour réussir à venir à bout du terrible gorille. Heureusement, il peut compter sur Turbine, sur Patty ou sur des gorilles ne rêvant pas de broyer de l’humain. Notre héros va passer par des moments difficiles, des moments de doutes, mais qui vont prouver qu’il est un véritable héros !

Parallèlement, et sporadiquement, Francis Manapul et Brian Buccellato distribuent des petites miettes, alléchantes, sur les événements à venir dans leur série. Notamment avec le frère d’Iris, Daniel… Le cas Gorilla Grodd est à peine régler, que déjà, une menace, bien plus terrible, se dessine dans l’ombre !

Bref, si le duo de scénaristes, semble toujours avoir un peu de mal à se concentrer un peu, de temps en temps, sur Barry Allen, pour Flash, les choses sont tout autre. Le personnage prend de l’ampleur, de la profondeur, nous montre qu’il n’est pas juste un bolide, il est bien plus que cela. Mais ce qui fait la force d’un titre comme Flash, ce sont également des méchants emblématiques et qui savent dégager une incroyable impression de puissance !



Heureusement que Barry va vite, très vite, parce qu’il n’a, depuis les débuts des New52, pas un seul moment de répit ! Les événements s’enchaînent et lui tombent dessus à un rythme infernal. Alors qu’il n’en avait même pas fini avec Gorilla Grodd, les nouveaux bolides, ceux qui avaient été emprisonnés dans la Force Véloce, commençaient à se faire tuer par un mystérieux individu !

Un tueur possédant la Force Véloce élimine plusieurs concurrents laissant une traînée de cadavres et un mystère insoluble pour le policier scientifique Barry Allen. Flash va ainsi enquêter sur tous les bolides de la communauté super-héroïque à commencer par Kid Flash des Teen Titans.
(Contient les épisodes #20 à 25 et #23.2)

Barry Allen aimerait bien souffler ! Il aimerait, tout simplement, pouvoir prendre du temps pour lui et pour sa relation avec, la très patiente, Patty Spivot. Officiellement ensemble, habitant ensemble, sur le point de rencontrer les parents de Patty, lui ayant confié son secret sur la mort de sa mort et l’incarcération de son père, Barry tient à ce que cette histoire, cette romance fonctionne, dure. Mais pour cela il a besoin de mettre le frein à main sur Flash ! Malheureusement pour lui Néga-Flash n’est pas de cet avis !

Ce mystérieux bolide tueur s’en prend aux possesseurs, inexpérimentés, de la Force Véloce. C’est ainsi que Turbo-Chargeur et Sprint sont assassinés ! Flash se doit de mener l’enquête ! D’autant que Barry Allen ne le peut pas, ayant été réassigné à la police, mais aux archives ! Mais les indices sont maigres, une super-vitesse, et un logo ressemblant au sien ! Il décide de commencer son enquête par Kid Flash !

Ce dernier est peu enclin à coopérer, sa situation particulière le rendant méfiant à l’encontre de Flash. Et puis notre héros comprend vite qu’il n’y a aucun lien entre le jeune héros désinvolte et le tueur implacable qu’il traque ! Mais il doit se presser, une troisième victime est à déploré et il ne reste plus qu’Iris comme cible potentielle, étant la dernière des prisonnière de la Force Véloce encore en vie ! Notre héros va alors tout faire pour la mettre en sécurité, ce qui va rendre Patty quelque peu soupçonneuse, pour ne pas dire jalouse ! D’autant, qu’une nouvelle fois, le côté « Flash » de Barry va prendre le pas sur leur relation, et leurs projets à court terme !

Une fois Iris en sécurité, Flash va pouvoir se rendre auprès du suspect suivant, le docteur Elias, quelle surprise alors de tomber également sur le Néga-Flash ! Un violent combat va alors se lancer sous nos yeux et l’ennemi de notre héros va nous montrer qu’il n’a pas grand chose à craindre de Flash ! Surtout nous allons, enfin, découvrir, qui se cache sous le masque (oh ! Quelle surprise… (ironie hein)) et comprendre ses motivations, totalement égoïstes !

Je dois bien reconnaître, même si je suis fan de ce titre, et particulièrement du duo à sa tête, même si j’ai trouvé cette intrigue plaisante et agréable à suivre, que le grand final n’est pas, totalement, à la hauteur. Le méchant ne procure aucune surprise, c’était convenu, ses ambitions ne fonctionnent pas, ne touchent pas, le sacrifice n’est pas crédible et le retournement final trop facile. Je reste sur ma faim. Cela gâche, un tout peu, cette bonne intrigue, cet excellent run.

Graphiquement, par contre, Francis Manapul est, sans aucun doute, au sommet de son art ! C’est absolument MA-GNI-FI-QUE ! Je n’ai jamais vu, ressenti une telle impression de vitesse dans un comics. Tout en restant fluide, jolie, presque poétique. Les personnages sont sublimes, criant de réalisme, de vérité, au niveau des émotions. Une mise en page artistique et dynamique. Franchement, ce titre aura été la découverte d’un artiste unique pour moi.

Le tome se termine avec un épisode rattaché au Year Zero de Scott Snyder sur le titre Batman. On y assiste à la première rencontre entre Barry, alors tout jeune policier) et Iris en plein cœur de Gotham et sa tempête effroyable en approche. Une preuve de plus, s’il en est besoin que le couple Barry/Patty n’est pas dans de bonnes prédispositions.

Bref, si cette dernière intrigue, passionnante au demeurant, n’a pas une fin extraordinaire, ce tome marque surtout la fin du travail, époustouflant, de Francis Manapul sur le titre. Un artiste que j’ai découvert et dont je suis fan. Il a su nous proposer vingt-cinq épisodes riches d’une intensité et d’une tension émotionnelle incroyable, le tout servi par des dessins absolument géniaux. Un vrai plaisir de lire une telle série. Espérons que la relève soit à la hauteur.
Image
Avatar de l’utilisateur
Biggy
Entité cosmique
 
Messages: 10478
Inscrit le: 27 Juil 2010, 20:58
Localisation: Dans mon univers

Re: Flash (New 52)

Messagepar Biggy » 15 Juil 2018, 12:08

Tomes #5, 6 et 7 lus.

Tome 5

Le quatrième tome de Flash, sans être exceptionnel, a marqué la fin d’une période, puisqu’on y trouvait les derniers épisodes signés Francis Manapul. Si pour les intrigues, on trouvera sans aucun doute quelqu’un d’aussi bon, pour les dessins, en revanche, c’est une très grosse perte.
Avec ce cinquième tome, nous allons dire au revoir à son compère depuis les débuts des New52, Brian Buccellato. Et l’on se retrouve surtout avec un cinquième tome qui sert de transition, d’interlude durant le passage de témoin entre deux équipes créatives.

Alors qu’un tueur en série arpente les rues de Central City, Barry Allen doit confronter les démons de son passé et notamment les liens qu’il a tissés avec son père d’adoption, Darryl Frye. Sous l’identité de son alter ego Flash, Barry fait également équipe avec Deadman, le fantôme de la Ligue des Ténèbres, afin de percer le mystère qui hante la ville depuis plusieurs siècles.
(Contient les épisodes #26 à 29 et annual #2)

Ce cinquième volume des aventures de Flash est un véritable melting pot ! On y trouve de tout. Trois petites intrigues, en seulement cinq épisodes, histoire de nous permettre de souffler deux secondes entre deux run. Il faut dire que notre héros n’a pas vraiment eu le temps de se poser jusqu’à maintenant.

C’est donc l’occasion, avec la première intrigue, de prendre un peu de bon temps en se posant à une bon table avec son Hal Jordan, son meilleur ami à la Justice League. Mais le répit est de courte durée, en même pas une page les deux compères se retrouvent téléportés sur une autre planète ! Flash découvrent alors, stupéfait, un engagement qu’Hal a pris en leur deux noms, sans lui en parler, lors de l’une de leur première aventure en duo !

L’occasion pour nos deux héros, et surtout pour Flash, de vivre une aventure cosmique, avec des adversaires totalement différents, dans un lieu hors norme. On se rend compte, également, que ce lien si fort, si particulier et si intéressant entre Green Lantern et Flash manque aux New52. Cela dit, on ne peut pas dire que le lien entre les personnages, hors aventures et combats, est loin, très loin d’être développé. S’il l’est un minimum.

Dans le second annual, Flash nous parle de ses pouvoirs et de tout ce qui peut découler d’un simple geste, d’une simple décision.

Ensuite, Flash est opposé Spitfire, une super-vilaine ne semblant avoir aucun scrupule. L’épisode est surtout l’occasion de voir Flash se surpasser et nous montrer des capacités que l’on n’imaginait pas. Et puis se retrouver avec une petite intrigue plus légère mais tout aussi passionnante. C’est agréable de se retrouver avec une petite histoire qui ne soit pas à rallonge et où Flash se retrouve avec tous les malheurs du monde sur les épaule. C’est frais, rapide et bien foutu. C’est sympa aussi de temps à autre de petites histoires comme cela.

Enfin, dans la dernière intrigue de Brian Buccellato, Flash se retrouve associé à un surprenant partenaire, Deadman !

Notre héros enquête sur une terrible malédiction qui frappe Central City après la découverte d’un terrible charnier. Barry y voit surtout la possibilité, éventuelle, de faire disculper son père pour le meurtre de sa mère. Mais son enquête va le mener aux fondements mêmes de la ville et lui faire affronter un ennemi implacable et immatériel ! D’où la présence de Deadman ! Flash se retrouvant face à une enquête surnaturelle sous fond de vengeance millénaire !

Là aussi, comme avec Manapul, pour le clap de fin de Buccellato, on se retrouve avec une petite intrigue, des petites intrigues sympathiques. Elles ont surtout le mérite de faire retomber, un peu, la pression.

Graphiquement, c’est également un melting pot, en attendant l’arrivée du remplaçant de Francis Manapul dans le prochain tome.
Sami Basri, c’est jolie, mais cela dénote trop de ce qu’on a pu voir jusqu’à maintenant, l’impression de vitesse n’est pas là, et c’est un peu trop lisse. Cully Hamner c’est a oublier très vite. Neil Googe, je ne suis pas fan, je trouve cela trop brouille, sans mouvement. Reste Patrick Zircher, valeur sûre et toujours impeccable.

Bref, un cinquième tome qui n’a rien d’exceptionnel, qui fait tampon entre deux run mais qui proposent de petites intrigues plaisantes à lire.



Tome 6

Sixième volume pour Flash ! Avec ce sixième tome nous tirons un trait définitif sur Francis Manapul et Brian Buccellato pour accueillir la nouvelle équipe créative ! Robert Venditti et Van Jensen au scénario, tandis que Brett Booth s’occupe de la partie graphique.
Après un cinquième tome servant un peu d’interlude durant ce passage de témoin, il est temps pour notre héros de replonger d’une intrigue de longue haleine, avec un adversaire des plus… surprenants !

Depuis que le règne de terreur du Syndicat du Crime a été aboli, Barry Allen est plus déterminé que jamais à arrêter tous les criminels évadés d’Iron Heighs. Mais il semble à l’homme le plus rapide du monde, que le temps lui glisse entre les doigts.
Ce temps qu’il a définitivement perdu, des années plus tard, et qu’il tente de rattraper en remontant le cours des évènements. Mais cette quête et les rencontres qu’il fera ne seront pas sans conséquences…
(Contient les épisodes #30 à 40, Secret Origins #7 et Annual #3)

Le Syndicat du Crime a fini par être battu ! Non sans mal. Il est temps pour nos héros, et pour le monde, de tenter de retourner à leur vie,à leurs habitudes. Mais ce n’est pas forcément une chose facile. Il faut vivre avec ce qu’ils ont traversé, et nos héros doivent surpasser leur récente impuissance !

C’est notamment le cas de Barry. Notre jeune héros est très affecté par sa récente impuissance et par tous ces très nombreux morts à causes des actes et des agissements du Syndicat du Crime en son absence. Central City a bien du mal a panser ses plaies et à se remettre de ce drame, malgré la bonne volonté ambiante. Barry se sent responsable. Si ce n’est pas totalement vrai, ce n’est pas non plus totalement faux, nos héros ont été défaillant sur ce coup là.

Mais ce n’est pas le seul problème qui pèse sur Barry ! Sans s’en rendre compte immédiatement, Barry perd du temps ! A chaque fois qu’il puise dans la Force Véloce pour utiliser sa super vitesse, il semble perdre des minutes ! Au sens littéral du terme ! Et c’est sa relation avec Patty qui en fait les frais, puisque c’est elle qui subit les retards répétés de Barry. Mais si, pour le moment, il ne s’attarde pas trop sur le sujet, il va vite comprendre que ces minutes perdues sont les prémices d’un désastre bien plus terrible !…

Pour ne pas arranger les choses avec Patty, Barry passe beaucoup de temps avec la charmante Iris, afin de l’aider à gérer son neveu Wally. Et il est compliqué de ne pas voir qu’un lien très fort commence à s’installer entre les trois personnages. Patty n’est pas aveugle, et encore moins stupide.

Heureusement pour notre héros, il n’y a pas de vilains aussi terribles que Grodd ou Néga-Flash à s’en prendre à Central City pour le moment. Il doit plus intervenir sur des ennemis d’un calibre moindre ou alors mettre le nez sur des enquêtes plus simple. Et la principale concerne des armes de super-vilains, disparues pendant le règne du Syndicat du Crime, et qui servent aujourd’hui pour une vague de meurtres ! Barry ne s’attend pas à ce quoi il va tomber !...

Les gros problèmes ne vont pas tarder à retomber sur notre héros ! Barry va se retrouver, littéralement, projeté dans la Force Véloce et se retrouve dans un monde où des gens de toutes les époques, de différentes années combattent des dinosaures à dos de créatures à moitié bionique !

Pendant ce temps, dans le futur, un Barry plus âgé (forcément puisqu’on est dans le futur) a beaucoup de mal avec les morts qui jonchent son passé à cause du temps qu’il a perdu ! Il décide alors, habillé d’un sympathique et esthétique costume bleu, de se moquer de toutes les lois temporelles et de remonter le temps jusqu’au moment où il a commencé à perdre du temps !

Mais ce retour à notre époque s’accompagne de nombreux combats, contre des ennemis emblématique du héros. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le lecteur n’est absolument pas prêt à assister à ces combats !…

Graphiquement, c’est donc Brett Booth qui a repris en main la destinée artistique du titre. Si je ne retrouve pas la fougue, l’impression de vitesse que Francis Manapul pouvait insuffler à ses dessins, ses cases, il faut bien reconnaître que le nouveau dessinateur nous propose quelque chose de vraiment excellent. Des personnages superbes, une action d’une grande fluidité avec une belle impression de vitesse. Un beau travail sur le remplissage des cases. C’est un vraiment un beau travail.

Bref, une première intrigue assez plaisante de Robert Venditti et Van Jensen. Ils malmènent notre pauvre héros en lui opposant un adversaire inédit et sans scrupules. La vie de Barry va être chamboulée et il est plaisant de voir un travail portant et sur Flash et sur Barry.




Tome 7

Ce sixième tome de Flash est le dernier dans sa version New52 ! Après un cinquième tome fort convaincant, fort plaisant, marquant les débuts de Robert Venditti, Van Jensen et Brett Booth, il est temps d’assister au grand final pour Flash. Et comme la couverture le laisse, facilement deviner, notre héros va devoir en découdre avec un ennemi emblématique, Zoom ! Mais à quelle sauce, les deux nouveaux scénaristes de la série, vont-ils nous amener ce personnage ?

Barry a passé toute sa vie à chercher l’assassin de sa mère dans le but de faire sortir son père de prison. Et c’est chose faite. Désormais, Barry connaît l’identité du véritable coupable : un certain Eobard Thawne, que Flash va bientôt rencontrer sous un autre nom… Zoom !
(Contient les épisodes #42 à 52 et annual #4)

Pauvre Barry, alors qu’il avait déjà du mal à se remettre des actes, et des meurtres, du Syndicat du Crime, qu’il doit affronter son lui futur ! Loin dans le futur, Barry est rattrapé par sa vie et décide de remonter le temps, tuant de nombreux ennemis, comme Grodd ou Néga-Flash, pour finir par arriver à notre époque et tentant de tuer son lui présent ! Ce Flash futuriste parvient à prendre la place de notre Barry quelque temps, prenant sa place à notre époque il agit de façon plus violente, allant même jusqu’au meurtre ! Cette courte cohabitation va faire voler en éclat la relation de Barry et Patty !

S’il parvient à revenir et à se débarrasser du Flash du futur, Patty est marquée par ce qu’elle a vu, ce qu’elle a vécu et ne peut plus continuer avec Barry ! Voilà notre héros seul mais avec une information capitale ! Avant de mourir le Flash du futur lui révèle un nom, celui d’Eobard Thawne, le probable assassin de sa mère !

Cette découverte va être un véritable déclencheur ! A tel point que le « deuil » de sa relation avec Patty va vite passer à la trappe. Avec une telle information, Barry va s’empresser de prévenir son père ! Mais à la simple évocation de ce nom, Henry Allen semble pêter une durite et s’emporte très durement après Barry. Il lui interdit d’aller plus loin dans son enquête !

Mais connaissant son fils, et sa pugnacité, Henry Allen décide de s’échapper d’Iron Heigts ! Et cela ne va pas être très compliqué ! Bien entendu, une fois la police mise au courant, Barry a toutes les peines du monde à croire que son père puisse être autre chose qu’un otage dans ces évènements. Mais le père de Barry est prêt à tout pour protéger son fils et empêcher Eobard Thawne de s’en prendre à lui.

Comme de par hasard, au même moment, au même instant, ce fameux Eobard Thawne, ou Zoom, débarque à Central City, accompagné de tous ses « disciples » qu’il a « recueilli » à travers le temps. Tous, des personnages ayant un rapport bien particulier, et différent à la Force Véloce. Capacité à contrôler le flux temporel, rajeunir ou faire vieillir un corps, possibilité de se déplacer instantanément ou encore de bloquer les atomes ! Flash va se retrouver face à des adversaires sans commune mesure avec ce qu’il a pu affronter jusqu’à maintenant.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit ! Le professeur Zoom et ses alliés ont débarqué à Central City pour se débarrasser de la plus grande menace que le monde ait connu, à savoir Flash ! C’est en effet, avec ce mensonge, que Zoom s’est octroyé l’aide de ces fantastiques personnages. Mais Zoom ne veut pas seulement se débarrasser de Flash, il veut réduire sa vie en miettes, en commençant par ses proches et les personnes qui lui sont chères.

Flash se retrouve face à son plus grand défi, un ennemi qu’il recherche depuis toujours, mais aussi un ennemi incroyablement puissant ! A moins que ce soit les personnages l’entourant qui lui donnent tant davantage !…

Il est dommage néanmoins, au vue de la longueur de cette intrigue de se retrouver avec l’impression d’avoir moult chapitres pour placer l’intrigue, présenter les personnages, mettre Flash en difficulté, nous lancer dedans et se retrouver avec un final aussi rapide, aussi expédié. On a l’impression que l’on nous coupe l’herbe sous le pied, c’est dommage, il manque ce petit je ne sais quoi d’épique pour complètement enflammer cette intrigue.

Dans la seconde intrigue du tome, et dernière de la série, Flash devient la cible de Frye, l’homme qui l’a élevé ! En effet Flash est perçu, par beaucoup, comme responsable des malheurs qui frappent Central City, une sorte d’aimant à problème. Mais le pire dans tout cela, c’est que Frye s’entoure des Lascars pour capturer Flash ! Et d’un mystérieux donateur anonyme avec ses drones caméras capables de détecter la moindre « usage » de la Force Véloce !

Un combat qui va démoraliser notre héros, le pousser dans ses retranchements, le forcer à prendre des décisions drastiques et permettre aux lecteurs de découvrir un nouveau bolide !…

Graphiquement, pour toute la partie avec Zoom, nous avons le droit à l’excellent travail de Breet Booth. Plus les épisodes passent et plus je réalise que l’artiste excelle sur le titre ! C’est rapide et beau, le top pour un tel titre.
Malheureusement, comme pour beaucoup de titres New52 (voyez le titre Grayson…), les dessinateurs s’enchaînent et, surtout, ne sont pas au niveau de ce à quoi on est en droit de s’attendre sur de tels titres ! Joe Eisma ou encore Gus Vasquez, ce n’est vraiment pas beau…

Bref, Flash, version New52, se termine avec un ennemi emblématique et un combat pour redorer son blason. Si la qualité graphique est en chute libre sur la fin, les intrigues de Robert Venditti et Van Jensen, elles, sont vraiment plaisantes à suivre. Personnellement, cette série Flash aura été une agréable lecture du début à la fin. Pas un titre exceptionnel, mais une série intéressante et régulière.
Image
Avatar de l’utilisateur
Biggy
Entité cosmique
 
Messages: 10478
Inscrit le: 27 Juil 2010, 20:58
Localisation: Dans mon univers

Précédent

Retour vers Les autres grands héros de l'univers DC

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

Heroes database

cron
Forumcomics, le forum des comics Marvel, mais aussi DC, Topcow, Star wars, Lobo, etc. Découvrez tout sur l'univers des collectionneurs de bustes et statues Bowen, Attakus, Sideshow. Venez discuter de vos personnages préférés tel que Spider-Man, les 4 Fantastiques, Iron-Man, Hulk, X-Men, Daredevil, et aussi de Star Wars, Yoda, Goldorak, et toutes les séries de votre enfance !